Archives du mot-clé santé publique

Un texte de réflexion d’Yves Couturier et Catherine Hudon : La première ligne, une priorité publique même en temps de crise

Ce texte fait partie d’une série de réflexions sur la première ligne en contexte de pandémie du Réseau-1 Québec. 

La crise de la COVID-19 aura rappelé au grand public la pertinence de la santé publique et montré que l’hôpital demeure l’institution centrale du système de santé et de services sociaux du point de vue des pouvoirs publics. La focalisation sur l’hôpital et les soins intensifs en début de pandémie a malheureusement retardé la préparation dans d’autres secteurs, expliquant en partie la profonde crise sévissant dans les centres d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD) et, dans une moindre mesure pour le moment, dans les services à domicile. Qu’est-ce que cela augure pour l’ensemble des services de première ligne pour la suite de la pandémie?

Une première ligne forte (cliniques médicales, groupes communautaires, urgences, Info-santé, etc.) répond rapidement aux besoins courants de la population, avant, pendant et après la pandémie, tout comme elle répond aux besoins courants de la majorité des personnes atteintes par la COVID-19.

Les jeux de lumières et d’ombres médiatiques ont révélé une confusion dans l’opinion publique quant à la première ligne. Microbiologistes et autres pneumologues ont été qualifiés de première ligne, alors que la première ligne véritable n’a pas fait l’objet d’autant d’attention, sauf les lignes publiques d’information (811), les cliniques de dépistage ad hoc et les urgences. Il va sans dire que l’hôpital, les spécialistes et les urgentistes jouent un rôle des plus importants dans un tel contexte. Il n’est donc nullement question ici d’en réduire l’importance. Il est tout aussi évident que la première ligne n’est pas structurée pour accueillir une masse de personnes contagieuses ou potentiellement contagieuses. Néanmoins, la santé publique, le 811, les cliniques de dépistage et les urgences requièrent, pour leur propre efficacité, une première ligne médicale, notamment, qui joue un rôle crucial. L’efficacité globale du système de santé et de services sociaux en général et de la lutte contre la Covid en particulier en est tributaire. L’impératif d’adaptation et d’un rehaussement de la capacité de 1e ligne pour relever les défis de la prochaine phase d’endémicité est donc la clef d’une stratégie durable pour lutter contre la COVID-19.

Une révision des politiques publiques relatives aux mesures d’urgence ou en contexte pandémique devra permettre de mieux anticiper les conditions favorables à ce que la première ligne demeure centrale en toute circonstance afin qu’elle puisse continuer de jouer un rôle indispensable pour les clientèles les plus vulnérables tant sur le plan de la santé physique et mentale que sur le plan social. Un certain nombre de conditions sont requises pour que les services de première ligne puissent jouer pleinement ce rôle.

En contexte pandémique, puis en contexte endémique, c’est-à-dire suite à un retour progressif à la vie normale, mais avec un SARS-C0V-2 qui perdure, il s’agit notamment de :

  • Mettre à disposition des équipements de protection et autres ressources nécessaires à la gestion en première ligne en quantité suffisante à toutes les étapes de la pandémie.
  • Continuer d’intervenir sur les conditions chroniques préexistantes à la COVID-19 et sur ses effets psychosociaux sur les patients.
  • Maintenir la continuité des soins pour l’ensemble de la population.
  • Anticiper et gérer l’important effet d’écho qui suivra sur une longue période les patientèles dont le suivi aura été reporté ou altéré.
  • S’assurer que les cellules de décision en temps de crise incluent des conseillers et de conseillères expert.e.s de la première ligne et des maladies chroniques, et ce, à tous les échelons décisionnels.
  • Offrir le soutien de spécialistes et des gestionnaires aux décisions des cliniciens de première ligne, lorsque nécessaire.
  • Élaborer et soutenir une stratégie de téléconsultation de qualité et durable
  • Planifier la contribution de l’ensemble des ressources communautaires.

En appui au rôle incontournable de l’hôpital pour les soins aigus en contexte de pandémie, il est impératif de continuer à développer un système de santé et de services sociaux où la première ligne assure l’accès et la continuité des services pour les personnes les plus vulnérables en temps de crise, que ce soit dans la communauté, à domicile et dans les cliniques médicales. La première ligne doit demeurer une priorité publique, plus encore en ces temps difficiles de pandémie.

Yves Couturier, directeur scientifique du Réseau-1 Québec

Catherine Hudon, directrice scientifique adjointe du Réseau-1 Québec