Archives du mot-clé R1Q

Un mot de bienvenue : nouvelle directrice du RRAPPL de McGill

Nous souhaitons la bienvenue à Machelle Wilchesky, qui assumera le rôle de directrice du RRAPPL de McGill à partir du 1er juillet 2024.

Machelle Wilchesky est professeure adjointe au département de médecine familiale et à la division de médecine gériatrique de l’Université McGill, et chercheur au Centre d’épidémiologie clinique de l’Institut Lady Davis pour la recherche médicale (Hôpital général juif). En tant que directrice du Centre de recherche sur le vieillissement Donald Berman Maimonides, elle a mis en place un programme de recherche indépendant axé sur l’amélioration des soins primaires dispensés aux personnes âgées vulnérables atteintes de démence dans les établissements de soins de longue durée.

La professeure Wilchesky est membre actif du Réseau canadien d’essais en soins primaires (CPCTN) où elle a collaboré à CanTreatCOVID, CanTreatResp, AIM-Viral et PREPARED. Avant d’être nommée directrice scientifique, elle siégeait au conseil consultatif du RRAAPL de McGill depuis 2022. Nous lui souhaitons beaucoup de succès dans ses nouvelles fonctions et sommes heureux de poursuivre nos collaborations avec elle.



Bilan d’une carrière accompli : Un mot de remerciement et réflexion avec Dre Jeannie Haggerty

Dre Jeannie Haggerty est professeure titulaire au département de médecine familiale de l’université McGill, et titulaire de la chaire de recherche McGill en médecine familiale et communautaire, basée au centre de recherche de l’hôpital St Mary. Elle a été la directrice scientifique fondatrice du Réseau-1 Québec et la directrice du RRAPPL de McGill.

Après une longue carrière en recherche sur les soins primaires, elle amorce un retrait progressif pour prendre sa retraite à l’été 2025. Nous avons discuté de sa carrière et de son rôle indispensable au Réseau-1.


  • Parlez-moi un peu de votre carrière et de la place du Réseau-1 dans celle-ci.

Formée en épidémiologie, j’ai eu mon baptême en médecine de famille comme coordonnatrice d’un projet du Département de Médecine familiale de l’Université McGill pour établir un nouveau programme de résidence en Médecine familiale et communautaire au Costa Rica. J’ai toujours été très attirée par l’idée de créer un réseau de recherche basé sur la pratique.

Ma recherche porte sur l’accessibilité et la continuité des soins en première ligne. Ma carrière académique a commencé à l’Université de Montréal en médecine familiale et par la suite à l’Université de Sherbrooke où j’ai été titulaire d’une chaire de recherche du Canada avant que McGill me propose une chaire de recherche en médecine familiale et communautaire à Saint-Mary—là où la médecine familiale a commencé pour moi.

Depuis environ 2011, les chercheurs en médecine familiale songeaient à un réseau de recherche en soins de première ligne pour nous permettre de collaborer davantage. Bien que nous ayons commencé avec des plans modestes, il y avait un fort intérêt de la part du ministère de la Santé et des services sociaux à combiner notre initiative avec la Stratégie de recherche axée sur le patient (SRAP) provincial. On a visé un réseau de connaissances pour réduire l’écart entre la recherche et la pratique.

Un groupe de 25 à 30 personnes se réunissait presque toutes les deux semaines pendant des mois pour définir le pourquoi et le comment de notre réseau. Nous avons donc obtenu un financement pour devenir un réseau thématique du FRQS, en juillet 2013.

Pour bâtir le réseau, nous avons développé et fédéré des réseaux de recherche axée sur les pratiques de la première ligne (RRAPPL) dans tous les départements de médecine familiale et médecine d’urgence du Québec. Dès le début, nous avons planifié que R1Q soit un réseau de connaissances qui réduise l’écart entre la recherche et la pratique.

  • Quel défi avez-vous rencontré en tant que directrice du Réseau-1?

Le plus grand défi était de tout commencer de zéro. Nous n’avions aucune structure. Nous avons donc dû créer la structure de gouvernance et la charte et embaucher de nouvelles personnes. C’était une entreprise énorme. Nous avions tant à construire. J’ai suivi des cours sur la gouvernance et j’ai essayé d’appliquer les meilleures pratiques. C’était une courbe d’apprentissage très rapide.

  • Quelle a été une réussite?

Une de notre plus grande réussite a été de défendre le rôle des patients partenaires dès le début. Les patients partenaires ont toujours eu une place d’influence à chaque niveau de notre réseau. Le SRAP a représenté un grand changement culturel pour la recherche et nous étions en avance de cette vague. Ce n’était pas toujours facile, mais cela nous a permis d’effectuer ce travail de manière très significative.

  • Comment avez-vous changé ou influencé Réseau-1?

Je dirais que tout le travail initial pour construire le réseau et ses structures, telles que la gouvernance et la charte, a été accompli. Il y a bien sûr eu des changements au fil des ans, mais ces structures sont restées assez stables.

  • Avez-vous été surpris par quelque chose de Réseau-1?

Oui, l’image de marque du Réseau-1. Nous avons commencé par organiser un concours pour trouver un nom du réseau et nous avons reçu des propositions très drôles et très longues qui n’ont pas fonctionné. Puis nous avons choisi Réseau-1 et c’est resté depuis 10 ans. C’est une bonne surprise.

  • Surtout, que ferez-vous maintenant avec tout votre temps libre?

En ce moment, je m’intéresse beaucoup à l’entrepreneuriat social. J’explore la possibilité de transformer l’un de mes derniers projets de recherche en un modèle d’entrepreneuriat social pour améliorer l’accès et la continuité des soins.


Dre Haggerty a joué un rôle indispensable à notre développement et a grandement contribué à notre succès. Nous la remercions pour son travail au sein du RRAPPL de McGill et du Réseau-1. Dre Machelle Wilchesky remplacera Dre Haggerty en juillet 2024 comme directrice du RRAPPL de McGill.



Nouvelles des membres : Félicitations aux lauréat-e-s des concours de 2024-2025 des FRQ

Les trois Fonds de recherche de Québec (FRQ) ont récemment annoncé les résultats de leurs concours de 2024-2025. En total, les FRQ ont fourni plus que 2 000 octrois à travers Québec. FRQS ont accordé 471 bourses d’excellence, 136 bourses de carrière et 3 subventions. FRQNT ont accordé 622 bourses d’excellence et 106 subventions. FRQSC ont accordé 627 bourses d’excellence et 138 subventions. Quinze projets ont été financés par les trois fonds.

Seize membres du Réseau-1 figurent parmi ces lauréat-e-s, une belle représentation du succès de la recherche en première ligne au Québec! Nous félicitons tout-e-s les lauréat-e-s!


Les subventions de recherche :

Marie-Eve Bouthillier
Nancy Côté
Richard Fleet
Marie-Michèle Lord
  • Marie-Eve Bouthillier, de l’Université de Montréal, a eu une subvention de recherche pour le projet « Mieux comprendre le recours à l’aide médicale à mourir en contexte québécois ». La subvention a été accordée par les FRQSC.
  • Nancy Côté, de l’Université Laval, a obtenu une subvention pour le projet « Équipe de recherche sur les innovations sociales en santé et services sociaux de proximité » La subvention a été accordée par les FRQSC.
  • Richard Fleet, de l’Université Laval, a obtenu une subvention de recherche pour le projet « Urgences Rurales 360: Ensemble pour Révolutionner l’Accès aux Soins de Santé grâce aux arts du cirque et à la co-construction avec les milieux ». La subvention a été accordée par les trois fonds.
  • Marie-Michèle Lord, de l’Université du Québec à Trois-Rivières, a obtenu une subvention de recherche pour le projet « Répondre aux besoins de services de menus travaux des personnes aînées : apprendre à moduler la réponse en zone rurale, semi-urbaine et urbaine en capitalisant sur une planification de la pérennisation ». La subvention a été accordée par les FRQSC.
  • Marie-Claude Tremblay, de l’Université Laval, a obtenu une subvention de recherche pour le projet « Créer une future génération de médecins socialement responsables : Un projet de collaboration France-Québec ». La subvention a été accordée par les FRQNT.

Les bourses de la relève :

  • Marie-Violaine Dubé Ponte, de l’Université Laval, a obtenu une bourse de formation des FRQSC.
  • Maya Fakhfakh, de l’Université du Québec à Trois-Rivières, a obtenu une bourse de formation des FRQNT.
  • Janny Mathieu, de l’Université du Québec à Trois-Rivières, a obtenu une bourse de formation par des FRQS.
  • Angèle Musabyimana, de l’Université Laval, a obtenu une bourse de formation des FRQS.
  • Bich Lien Nguyen, de l’Université de Montréal a obtenu une bourse de formation des FRQS.
  • Thupten Tsering, de l’Université McGill, a obtenu une bourse de formation des FRQS.
Marie-Violaine Dubé Ponte
Janny Mathieu
Bich-Lien Nguyen

Les bourses de carrière accordée par les FRQS :

  • Virginie Blanchette, de l’Université du Québec à Trois-Rivières a reçu une bourse de carrière pour le projet, « Prévenir les complications du diabète aux membres inférieurs en soins primaires par la mobilisation des connaissances outillant les organisations et les équipes interprofessionnelles incluant les patients et leurs proches ».
  • Benoît Cossette, de l’Université de Sherbrooke, a reçu une bourse carrière pour le projet « Évaluer l’impact de l’usage de médicaments anticholinergiques et sédatifs chez les aînés ».
  • Isabelle Dufour, de l’Université de Sherbrooke, a obtenu une bourse de carrière pour le projet « Trajectoires de soins et transitions des personnes vivant avec un trouble neurocognitif majeur : développer des connaissances stratégiques par la valorisation des données médico-administratives québécoises ».
  • Manuela Ferrari, de l’Université McGill, a obtenu une bourse de carrière pour son projet, « Promouvoir l’utilisation d’interventions technologiques pour les services de santé mentale des jeunes : Un système de santé apprenant basé sur les données numériques, les soins virtuels et la co-conception ». La bourse a été accordée par les FRQS.
  • Géraldine Layani, de l’Université de Montréal, a obtenu une bourse de carrière pour son projet, « La collaboration intersectorielle en soins primaires pour et avec les personnes vivant avec des maladies chroniques ». La bourse a été accordée par les FRQS.
  • Patricia Li, de l’Université McGill, a obtenu une subvention de carrière pour le projet, « Promouvoir l’équité en santé chez les enfants en partenariat avec les parents et les jeunes ».
  • Marie-Michèle Lord, de l’Université du Québec à Trois-Rivières, a obtenu une bourse de carrière pour le projet, « Appréhender la complexité de l’apport des savoirs citoyens à l’innovation en santé pour maximiser l’influence des personnes aînées et leurs partenaires de soins sur leur développement et déploiement ».
  • Francois Tournoux, de l’Université McGill, a obtenu une subvention de carrière pour le projet, « Technologies innovantes pour transformer la prise en charge de l’insuffisance cardiaque, l’accès aux soins et l’expérience patient ».
  • Marie-Claude Tremblay, de l’Université Laval, a obtenu une bourse de carrière pour son projet, « Assurer des soins culturellement sécuritaires aux populations autochtones au Québec ».


Bienvenue aux nouveaux membres!

Le R1Q souhaite la bienvenue aux 7 nouveaux et nouvelles membres qui se sont inscrit-e-s entre le 15 février et le 15 avril 2024, incluant ceux et celles qui participent au répertoire des membres.

Maud BouffardMarie-Eve Cimon
Lynn GauthierPatricia Godon
Sonia LeclercLéanie Moreau

N’oubliez pas de mettre à jour votre profil de membre en y ajoutant une photo de vous! 😉

Au plaisir de collaborer avec vous,
L’équipe du Réseau-1 Québec



Annonce des lauréat-e-s de l’appel à projets sur les innovations!


Le Réseau-1 Québec est heureux de vous annoncer les lauréats et lauréates de l’appel à projets de recherche sur les innovations 2023-2024!

Félicitations à toutes les équipes lauréates!



Nouvelles des membres : Félicitations aux lauréat-e-s subventions s’inscrivant dans une annonce de priorités

Les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) ont récemment annoncé les résultats de leurs concours de subventions s’inscrivant dans une annonce de priorités (concours de subventions Project de l’automne 2023). Trente-six de ces subventions transitoires ont été accordées et plusieurs membres du Réseau-1 figurent parmi ces lauréat-e-s. Plus de 270 bourses de doctorat ont également été attribuées. Plusieurs membres de Réseau-1 figurent également parmi ces lauréat-e-s. Nous félicitons les lauréat-e-s!


Le projet de Nadia Sourial, Marie-Ève Poitras et leur équipe est axé sur l’approche d’équipe dans les soins primaires. « Opening the black box on the contribution of interprofessional health providers in primary care: Measuring performance indicators that reflect and optimize practice » a été financé dans le cadre du Subvention Projet – Annonce de priorité : Recherche sur les services et les politiques de santé. Les indicateurs de qualité actuels se concentrent principalement sur les données des médecins, négligeant les contributions des autres prestataires de soins. Ce projet vise à développer des indicateurs complets pour mesurer les contributions de tous les prestataires de soins de santé au sein des équipes de soins primaires, comblant ainsi cette lacune et guidant des soins interprofessionnels plus efficaces.


Le projet d’Antoine Boivin, Ghislaine Rouly et leur équipe, « How Peers in Healthcare Teams Transform Homelessness Prevention and Care Practices: A Participatory Multiple Case Study » a été financé dans le cadre du Subvention Projet – Annonce de priorité : Recherche axée sur le patient. Le système de santé canadien a peine à offrir des soins accessibles, adaptés, sûrs et équitables aux personnes sans-abri. Les études démontrent que le soutien reçu des pairs (personnes ayant vécu l’expérience de l’itinérance et d’autres défis) peut cultiver des relations de confiance, offrir un modèle d’espoir et accompagner les personnes dans la réalisation de leurs propres objectifs. L’objectif global de ce projet est d’étudier comment les pairs transforment les pratiques des équipes de santé dans la prévention et les soins liés à l’itinérance.


Dans le Subvention Projet – Annonce de priorité : Recherche en santé mondiale, Neil Andersson, Ivan Sarmiento, et leur équipe ont été financés pour leur projet, « Youth co-design prevention of gendered personal and interpersonal violence in Botswana ». Ce projet travaillera en co-construction avec les jeunes et des parties prenantes à concevoir des actions visant à réduire la violence personnelle et interpersonnelle chez les jeunes et à remettre en question la violence en tant que réaction aux problèmes. Le projet impliquera les décideurs politiques tout au long du processus pour soutenir le développement de stratégies fondées sur des données probantes pour réduire la violence chez les jeunes.


Dans le Subvention Projet – Annonce de priorité : Recherche sur le développement et la santé des enfants et des adolescents autochtones, le projet de Patricia Li, Olivier Drouin, et leur équipe, « Race, Ethnicity, Indigenous identity and Language preference for Pediatric research in the hospital setting (REIaL-P) », a été financé. Le projet va co-développer avec les jeunes et les parents d’enfants pris en charge à l’hôpital et aux urgences l’approche REIaL (Race, Ethnicity, Indigeneity, and Language) pour la recherche pédiatrique (REIaL-P). L’équipe de recherche déterminera l’association entre les facteurs REIaL des enfants, des jeunes et des familles. L’objectif est d’approfondir la compréhension de l’impact des différents contextes REIaL sur les expériences des jeunes et des parents en matière de prise de décision partagée.


Dans le Subvention Projet – Annonce de priorité : VIH/sida et ITSS, Samira Abbasgholizadeh Rahimi et son équipe on reçu financement pour le projet « Feasibility of AnkaSmart!: a wearable-based innovation to improve sexual and reproductive health of young adult populations in India ». L’étude est axée sur la santé sexuelle et reproductive. L’équipe étudiera une intervention numérique, AnkaSmart!, afin de déterminer sa faisabilité. Les participants pourront enregistrer avec précision leurs symptômes et se connecter facilement aux prestataires de soins de santé. L’objectif serait que l’outil facilite la détection préventive les anomalies menstruelles.


  • Christine Cassivi, de l’Université de Montréal, a reçu une bourse de recherche pour son projet « La stigmatisation intersectionnelle des personnes Autochtones recevant des soins en santé mentale : une ethnographie critique ciblée ».
  • Marie-Violaine Dubé Ponte, de l’Université Laval, a reçu une bourse de recherche pour son projet « Évaluation d’un module de consolidation des expertises infirmières avec formation par jeu vidéo en hémato-oncologie pédiatrique ».
  • Zhaoping Ju, d’Université McGill, a reçu une bourse de recherche au doctorat pour son projet « Dissecting the role of Hippo effectors Yap and Taz during gastric regeneration and tumorigenesis ».
  • Bich Lien Nguyen, de l’Université de Montréal, a reçu une bourse de recherche au doctorat pour son « Les pratiques quotidiennes entourant la relocalisation de personnes âgées hospitalisées devant être hébergées en centre d’hébergement – une ethnographie institutionnelle ».


Nouvelles des membres : Félicitations aux lauréat-e-s du concours de subventions Projet de l’automne 2023 du IRSC


Les Instituts de recherche en santé du Canada ont récemment annoncé les résultats de leur concours de subventions Projet de l’automne 2023. Plusieurs membres du Réseau-1 figurent parmi les lauréat-e-s. De plus de 600 demandes provenant de Québec, les projets de nos membres représentent 5 des 113 projets financés dans la province. Nous félicitons les lauréat-e-s!

Le projet de Neil Andersson, Samira Abbasgholizadeh Rahimi, Machelle Wilchesky et leur équipe d’Université McGill, « Reviving social interaction for healthy aging: participatory engagement of older adults in dementia prevention in rural African and Montreal contexts » a été financé pour 3 ans.


Le projet d’Olivier Drouin et son équipe du Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine « Effectiveness of integrated screening and facilitated referral to smoking cessation resources with health navigators for parents with unmet social needs—The CanCEASE randomized controlled trial », a été finance pour 6 ans. CanCEASE, une intervention utilisant le dépistage numérique dans les cliniques pédiatriques au Québec vise à aider les parents à arrêter de fumer, avec une étude évaluant son efficacité et son potentiel d’adoption plus large à travers le pays.


Matthew Menear, Claudine Lepage et leur équipe interdisciplinaire, « Evaluating and facilitating the implementation of stepped and measurement-based mental health care in Family Medicine Groups », a été financé par les IRSC pour 3 ans. Ce projet de recherche-action vise à étudier et à soutenir le déploiement du Programme québécois pour les troubles mentaux (PQPTM) dans les GMF de trois régions (Capitale-Nationale, Chaudière-Appalaches, Mauricie-et-Centre-du-Québec).


Le projet intitulé « Évaluation de l’acceptabilité d’un Programme de Première Ligne d’Interventions en Ergothérapie pour le Rétablissement et le Retour au Travail des Personnes souffrant de Troubles Mentaux Courants » est dirigé par Brigitte Vachon du Centre de recherche de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal et Quan Nha Hong du Centre de recherche interdisciplinaire en réadaptation du Grand Montréal. Ce projet a été financé pour une durée de 4 ans. Le but de cette étude mixte est d’évaluer l’acceptabilité de l’ajout d’interventions en ergothérapie dans un groupe de médecine de famille (GMF) afin de favoriser le rétablissement et le retour au travail des personnes ayant un trouble mental courant. Les résultats permettront de comprendre comment mettre en œuvre ce type d’intervention dans les GMF et d’améliorer les trajectoires de soins et services des personnes en arrêt de travail à cause d’un problème de santé mentale.


Le projet d’Isabelle Vedel, Yves Couturier, Howard Bergman, Claire Godard-Sebillotte, et leur équipe d’Université McGill et Université de Sherbrooke, « Vers des transitions équitables entre les milieux de soins chez les personnes vivant avec un trouble neurocognitif majeur au Québec : une étude de méthodes mixtes », a été financé pour 3 ans. Aligné sur les objectifs du Plan Alzheimer du Québec, ce projet vise à améliorer les transitions entre les milieux de soins pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et leurs aidants, en mettant l’accent sur l’équité et l’inclusion.




Les femmes dans les soins primaires : célébrons leur contribution à la première ligne


À l’occasion de la Journée internationale des femmes, nous célébrons la force et les contributions inestimables des femmes dans tous les domaines de la santé, dont la première ligne. Les femmes y jouent un rôle prédominant et représentent 70 % du personnel de santé de première ligne.

Au sein de notre réseau, cette contribution est particulièrement remarquable. En effet, pas moins de 80 % des projets financés par Réseau-1 sont menés par des femmes, soit en tant que responsables de recherche, soit comme responsables cliniciennes, ou occupant les deux rôles simultanément. Plus de 70 % de nos membres chercheurs et chercheuses et de nos membres cliniciens-praticiens et cliniciennes-praticiennes sont des femmes, ainsi que plus de la moitié des membres cliniciens-chercheurs et cliniciennes-chercheuses. Ces chiffres témoignent non seulement de la présence des femmes en première ligne, mais également de leur leadership et de leur expertise au sein de notre organisation.

Comme l’a dit Catherine Hudon, directrice scientifique par intérim, « [l]es femmes sont au cœur de l’innovation et du progrès dans la recherche de première ligne. Que ce soit en tant que chercheuses, cliniciennes ou gestionnaires, elles apportent une diversité de perspectives et d’expertises qui sont essentielles pour répondre aux besoins variés de nos communautés. Leur engagement et leur expertise sont des piliers essentiels de notre réseau, et nous sommes honorés de leur rendre hommage ».


Pour mettre en lumière certaines des nombreuses contributions des femmes en première ligne, voici une petite sélection de projets de recherche en cours financés par Réseau-1.

Impact of a Pan-Canadian CQI Cohort Program on Advanced Access to Support Primary Healthcare Clinics est un projet mené par Mylaine Breton et Isabelle Gaboury en tant que chercheuses principales. Il consiste à analyser et à mettre en œuvre une cohorte pancanadienne d’amélioration continue de la qualité afin de déployer le modèle Accès Adapté (AA), l’un des modèles les plus recommandés pour améliorer l’accès aux soins de santé primaires en temps opportun. L’équipe de recherche a d’ailleurs récemment publié ce protocole sur le projet.

Un adjoint médical intelligent (AMI) accessible à la clientèle de première ligne depuis le dossier médical électronique est un projet mené par Marie-Pierre Gagnon en tant que chercheuse principale. Ce projet évalue la convivialité et l’acceptabilité de l’implantation d’un nouvel « adjoint médical intelligent » (AMI) auprès des médecins de famille, des membres d’équipes interdisciplinaires et des usagers en première ligne.

La participation des patient(e)s en recherche en première ligne : Un projet d’innovation technologique visant à faciliter le préconsentement à la recherche est mené par Magaly Brodeur et Marie-Ève Poitras. Ce projet vise à développer un module de communication automatisé intégré au dossier médical électronique (DMÉ), permettant d’obtenir le préconsentement à la recherche des usagers en soins primaires.

PREVANTO (PREVenir l’ANémie chez les TOut-petits) : Étude d’implantation d’une grille de dépistage de la carence en fer, avec ou sans anémie, chez des enfants vulnérables de 0 à 5 ans est mené par Patricia Li et Josiane Cyr en tant que chercheuses principales. Ce projet a évalué la faisabilité et l’acceptabilité de la mise en œuvre d’une nouvelle pratique lors des visites de routine de soins primaires ou de vaccination en CLSC pour les enfants de 12 mois. Elles souhaitent identifier et traiter rapidement la carence en fer avec ou sans anémie chez les enfants à risque, en particulier dans les populations à faible statut socioéconomique ou immigrantes/réfugiées.

Orientation directe de patients orphelins avec plaintes musculosquelettiques de la première ligne à la physiothérapie est mené par Valérie Charbonneau et Isabel Rodrigues. Ce projet propose une nouvelle trajectoire de soins pour améliorer l’accès aux soins des usagers « orphelins » (sans médecin de famille) souffrant de plaintes musculosquelettiques, en recommandant une orientation directe vers un-e physiothérapeute plutôt que vers un médecin. Il a été pensé et créé par une équipe de clinicien-ne-s.



Nouvelles du R1Q : Départ des collègues et ouverture de poste

Cher-e-s membres,

C’est avec nostalgie que nous annonçons le départ de Tarek Bouhali, directeur, stratégie et opérations, et de Danielle Schirmer, responsable, recherche et communications, qui ont décidé de relever de nouveaux défis. Tarek avait quitté son poste au printemps dernier et consacrait une journée par semaine au Réseau-1 depuis, et Danielle a terminé ses fonctions à la fin novembre.

Nous tenons à exprimer notre sincère gratitude pour leur travail et leurs précieuses contributions à la croissance et au succès de notre réseau. Leur professionnalisme, leur dévouement et leur expertise ont joué un rôle essentiel dans la promotion de notre mission. Nous sommes convaincus que leurs compétences et leurs talents continueront de briller dans leurs nouvelles fonctions et nous leur souhaitons la meilleure des chances.

Nous amorçons donc un processus de recrutement pour le poste de coordonnatrice ou coordonnateur des opérations pour le Réseau-1 Québec (R1Q). L’offre d’emploi est maintenant disponible et nous encourageons les personnes qualifiées et intéressées à postuler.

Cordialement,
L’équipe de Réseau-1



Nouvelles du R1Q : Changement de direction du réseau

Cher-e-s membres,

Nous tenons à vous informer que Yves Couturier a décidé de terminer son mandat de directeur scientifique du Réseau-1 à partir du 21 novembre 2023.

Depuis le début de son mandat en novembre 2016, Yves a mis de l’avant une approche collaborative au profit du développement du Réseau-1 qui compte maintenant 1,321 membres, tout en prônant des valeurs d’excellence et d’égalité des expertises. Nous le remercions chaleureusement pour son engagement et ses importantes contributions. Un message de remerciement officiel de la part du comité de direction suivra prochainement.

Catherine Hudon, directrice scientifique adjointe de 2017 jusqu’à ce jour, a été nommée par le comité de direction à titre de directrice scientifique par intérim. Elle travaillera en étroite collaboration avec le comité de direction pour proposer une nouvelle orientation stratégique et assurer une suite positive pour le Réseau-1.

La vision est de bien positionner le Réseau-1 dans son environnement par rapport aux enjeux émergeants, et de jouer un rôle indispensable et complémentaire aux différents partenaires au profit de l’avancement et de la mobilisation des connaissances, de l’innovation, et du développement des capacités en première ligne au Québec.

Cordialement,
L’équipe de Réseau-1