Archives du mot-clé covid-19

Primary care, a public priority even in a time of crisis

This essay is part of a series of reflections on primary care during the pandemic presented by Réseau-1 Québec. The original essay published in French on April 27, 2020 is available here. The essay was also reproduced in l’Actualité on May 29, 2020.

The COVID-19 crisis has reminded the general public of the relevance of public health and shown that, from the government’s perspective, the hospital remains the central institution of the health and social services system. The focus on hospitals and intensive care services at the beginning of the pandemic has unfortunately delayed preparedness in other sectors, which partly explains the profound crisis currently ravaging long-term care hospitals (CHSLDs) and, to a lesser extent for now, home care services. What does this portend for primary care services in the aftermath of the pandemic?

A strong primary care system (medical clinics, community groups, emergency departments, Info-santé, etc.) has and will continue to respond quickly to the ongoing needs of the population before, during, and after the pandemic, just as it is responding to the ongoing needs of the majority of people affected by COVID-19.

The smoke and mirrors of media reports exposed the confusion in public opinion regarding primary care or front-line services. Microbiologists and other respirologists have been called the front line, while the actual front line has not received as much attention, except for public information lines (811), ad hoc screening clinics, and emergency departments. It goes without saying that hospitals, specialists, and emergency physicians are among the most vital players in such a context. There is no question of minimizing their importance. It is equally obvious that the primary care system is not set up to receive a mass of contagious or potentially contagious people. Still, to be effective, public health, the 811 service, screening clinics, and emergency departments depend on primary care, primary medical care in particular, which plays a crucial role. The overall effectiveness of the health and social services system in general, and the fight against COVID in particular, depends on it. Thus, the imperative of adapting and enhancing the front line’s capacity to meet the challenges of the next phase of endemicity is key to a sustainable strategy against COVID-19.

Public policies relating to emergency or pandemic measures should be reviewed to better foresee what conditions will ensure that primary care remains central, so it can continue to play an indispensable role in caring for the most vulnerable clienteles, in terms of not only physical and mental health, but also social issues. A number of conditions are required for primary care to play this role fully.

In a pandemic, and then an endemic context, i.e., after a gradual return to normal life but with SARS-COV-2 still present, these include:

  • Making protective equipment and other resources needed for primary care management of the illness available in sufficient quantities, at all stages of the pandemic.
  • Continuing to act on both the chronic conditions that were present prior to COVID-19 and their psychosocial effects on patients.
  • Maintaining continuity of care for the entire population.
  • Anticipating and managing the significant reverberations that will affect, over a long period of time, those clienteles whose follow-up has been delayed or altered.
  • Ensuring that decision-making units during the crisis include expert primary care and chronic disease counsellors at all levels.
  • Providing specialist and managerial support for front-line clinicians’ decisions when necessary.
  • Developing and supporting a good-quality, sustainable teleconsultation strategy.
  • Planning the contributions of all community resources.

To support the hospital’s essential, acute care role in the context of a pandemic, it is imperative to continue developing a health and social services system in which primary care ensures access to and continuity of services for the most vulnerable people in times of crisis, whether in the community, at home, or in medical clinics. Primary care must remain a public priority; even more so in these difficult pandemic times.

Yves Couturier, Scientific Director, Réseau-1 Québec

Catherine Hudon, Associate Scientific Director, Réseau-1 Québec



Reflections of a patient-partner on her experience in this time of pandemic

This essay is part of a series of reflections on primary care during the pandemic presented by Réseau-1 Québec. The original essay published in French on March 26, 2020 is available here >>

Right now, because of my relatively weak immune system I’ve had to stay at home since March 12th!

I could easily cut myself off from everything that’s happening. If I didn’t read the newspaper or listen to the news, I would be in my own little cocoon. But no, I can’t do that, I’m worried about the people around me….

I’m a patient-partner on several committees in my CIUSSS, including the one on infection prevention and control. So I stand with these teams of caregivers and managers, who have been thinking for several years about the possibility of what is now happening to us, hoping all the while that it would never happen. I’m thinking of all the maintenance and disinfection teams who work tirelessly to keep hospitals and CHSLDs in impeccable condition. Their task was already heavy, and they’re being asked to do even more, these people who are our first line of defense against COVID-19.

I’m also the patient co-lead of a research project that, of course, is now on hold. I’ve been able to be a part of teams of nurses and social workers and to see their work up close. I’ve witnessed their dedication, their professionalism, and especially their immense workload. For the past two weeks, they’ve been asked to do even more, to forget themselves and devote all of their attention to a population at risk. They, too, have family, relatives, friends… and the fear of transmitting this virus is surely always on their minds. In spite of everything, they are here for us.

I’m involved in a community organization and see the anxiety of all those who feel isolated, not only physically but psychologically. For many, the health care system helped to overcome this isolation, but now I believe it is our collective responsibility to take care of this vulnerable population.

I also have a family. My spouse works and is in contact with a lot of people. He, too, could get COVID. My child no longer goes to school, no longer works, no longer has a social life; it’s difficult. At 20 years old you’re full of life, you have lots of dreams, but now everything is on hold…. My parents stay at home, they do their duty as good citizens, but if it lasts a long time, it will become difficult for them, as it will be for all these people who feel like hostages in their own homes.

Then there are also all those who show up for all of us. They work in grocery stores, pharmacies, shops, and the food industry. They are police officers, paramedics, daycare workers. They also work in both levels of government. We have a responsibility to protect them. They are essential to our survival.

I’ve decided to do my duty as a human being. Of course, I support all these people who are important to me, but I also act, to the extent that I can.

I’m staying in contact with my parents, my family, my friends. Long live the telephone and the Internet! I’ve taken on a commitment to contact people I don’t know who need to talk, even with someone they don’t know! I take care of my husband, who takes such good care of me!

But most of all, I stay away from other people to protect myself… but especially to protect us all!

I’d like to close with a word of thanks to everyone on the front line:

I want to thank you all for everything you’re doing for us, users of the health care system. It’s a difficult situation for you. You’re being asked to devote yourselves to us… Please keep some time and energy for yourselves and your families. That’s important, too! Take care of yourselves, not just of us. See you soon, I hope!

Marie-Dominique Poirier, Patient-partner, member of Réseau-1 Québec



Un texte de réflexion de Karina Prévost : Chronique de confinement

Ce texte fait partie d’une série de réflexions sur la première ligne en contexte de pandémie du Réseau-1 Québec. An English version is also available.

Depuis plusieurs années déjà, je me suis engagée dans le partenariat de mes propres soins. C’était important puisque, étant atteinte de fibrose kystique, j’ai appris à mieux connaître ma maladie et à discuter avec mon équipe soignante. Toute ma vie, j’ai navigué dans ce gros paquebot qu’est le réseau de la santé. J’y ai vécu des échecs terribles et de beaux succès, dont la réussite de ma greffe bi-pulmonaire il y a de cela six ans. J’ai toujours reçu des soins de la plus haute qualité dans un système souvent essoufflé, roulant à vitesse grand V, et j’éprouve beaucoup de reconnaissance envers l’ensemble du personnel soignant.

Je souhaitais faire un geste pour dire merci, mais je ne savais pas comment. Depuis longtemps, je portais un gros sac à dos où j’avais rangé mes expériences de soins et de vie avec la maladie, mais je n’arrivais pas encore à comprendre à quoi cela pourrait servir. J’en ai parlé à quelqu’un et une porte m’a gentiment été ouverte. C’est à partir de ce moment-là que je suis devenue patiente-partenaire.

Depuis quelques années déjà, je collabore avec le Réseau pancanadien de la SRAP sur les innovations en soins de santé de première ligne et intégrés (Réseau ISSPLI), dont le Réseau-1 est la composante québécoise. Dans le cadre de ce réseau, je suis l’une des représentantes québécoises du Conseil pancanadien des patients. Chaque mois, depuis un peu plus de deux ans déjà, je retrouve une dizaine de collègues de toutes les provinces du pays. Nous nous réunissons pour échanger au sujet des meilleures pratiques de partenariat patient au pays. Nous discutons beaucoup. C’est un réseautage qui est profitable parce qu’il permet de briser certaines barrières. Ainsi, nous arrivons à mieux comprendre les réalités de partenariat de chaque province et du même coup, à travailler en collaboration.

Chose certaine, l’atmosphère y est dynamique et les projets ne manquent pas!

À la fin de l’hiver dernier, les choses allaient bon train, puis le 23 mars arriva. Le Québec fut mis sur pause et une série de mesures similaires ont été déployées dans l’ensemble des provinces canadiennes. Malgré tout le tumulte engendré par la pandémie, nous avons poursuivi nos activités. Et c’est mon engagement comme patiente-partenaire auprès du Conseil pancanadien des patients qui m’aura permis de traverser la première vague sans sombrer. C’est par la force du groupe que nous y sommes arrivés.

Notre rencontre de mars, prévue à l’horaire depuis longtemps, a eu lieu comme prévu. Cependant, lorsque nous avons fait l’habituel tour de table, force a été d’admettre que plusieurs d’entre nous n’allaient pas très bien : anxiété, stress, difficulté de concentration, les choses n’étaient pas au beau fixe. Nous avions mille et une questions en tête et les réponses n’existaient pas. C’était très angoissant ! Ce jour-là, en prenant la parole, j’ai éclaté en sanglots en disant « J’ai peur de mourir. J’ai peur de ne pas pouvoir recevoir des soins ». J’étais devenue obsédée par la question des patients « non-covid », question qui me préoccupe toujours autant, dois-je préciser. 

Comme groupe, malgré nos difficultés individuelles, nous avons choisi de poursuivre nos activités, entre autres pour briser l’isolement. C’est à partir de cette décision commune qu’une solution intéressante a été proposée : et si l’on se voyait plus souvent? Idée que nous avons acceptée, avec beaucoup d’enthousiasme. 

Bien que nous vivions la pandémie chacun à notre façon, affronter un tel obstacle dans la peur, l’isolement et le manque de ressources ne devrait être le quotidien de personne. Nous avons augmenté le rythme de nos rencontres, à raison de deux par mois. Des rencontres plus informelles pour que l’on puisse se soutenir et s’encourager. Ces rendez-vous sont devenus un phare dans le brouillard qui avait envahi mon quotidien depuis le début de la pandémie. Ces rencontres m’ont permis de reprendre confiance en mes capacités et de me sentir moins seule avec mes soucis « covidiens ». Éventuellement, j’ai su puiser dans mon « sac à dos de savoirs expérientiels. » J’y ai trouvé de la résilience, et une importante capacité d’adaptation, qui m’ont permis de mieux vivre depuis.

Cet été, les patients-partenaires du groupe ont participé aux webinaires du Réseau ISSPLI et nous avons eu le privilège d’en animer un : « Rendre l’invisible visible: le pouvoir des partenariats entre les patients et leur communauté ». De plus, nous prévoyons produire bientôt des balados où nous discuterons de partenariat patient selon les réalités vécues par chacun. Nos rencontres ont repris un horaire régulier et nous fonctionnons bien malgré la deuxième vague qui sévit partout au pays.

Parfois, lorsque l’on me demande à quoi ressemble la vie avec la maladie, j’aime proposer l’image d’un château de cartes. Au gré du vent et de l’adversité, j’ai dû apprendre à composer avec des choses parfois étonnantes pour ensuite mieux poursuivre ma route. J’ai reconstruit certains aspects de ma vie. J’ai vécu de nombreux deuils et d’importants changements. C’est une vie complexe qui a pris tout son sens dans le bonheur, la résilience et surtout la ténacité. N’oubliez pas que lorsqu’un patient-partenaire vous parle, dans un contexte de partenariat patient, il le fait dans un esprit d’ouverture, de générosité, et souvent, parce qu’il trouve que c’est une valeur ajoutée importante dans le grand tableau du système de soins de santé.

Récemment, il m’est arrivé de discuter avec des patients-partenaires qui m’ont confié n’avoir eu aucune nouvelle des équipes de recherche auprès desquelles ils étaient impliqués. Certains ont même évoqué vivre un sentiment d’abandon, comme si leur apport ne comptait pas vraiment. Les temps sont durs pour tous ; un court suivi, un rappel, un petit bonjour peut faire une différence dans un contexte où plusieurs patients-partenaires sont isolés depuis plusieurs mois et vivent des moments difficiles.

Bien que ce texte n’engage que mon opinion, je m’exprime ici à titre de patiente-partenaire membre du Conseil pancanadien des patients. Tout ce que j’ai mentionné ci-dessus n’engage que moi. N’ayez crainte, je n’ai pas la prétention de parler au nom de tous les patients. Je tiens à spécifier que je serai là, une fois la pandémie passée, prête à vous aider, à collaborer afin de partager mon savoir expérientiel qui je l’espère, pourra continuer de contribuer à l’enrichissement des soins de première ligne. Je nous souhaite des apprentissages qui viendront améliorer la qualité des soins offerts aux patients.

Ceci dit, je peux aussi vous affirmer qu’après huit mois de confinement, j’ai vraiment très hâte de vous voir en « vrai ». Il y a une lumière au bout de ce long tunnel, elle s’appelle 2021.

Karina Prévost, patiente-partenaire et membre du Réseau-1 Québec



Un texte de réflexion de Martin Fortin: Choisir son combat : la COVID-19 et moi

Ce texte fait partie d’une série de réflexions sur la première ligne en contexte de pandémie du Réseau-1 Québec. Article publié originalement le 23 octobre 2020. An English version is also available.

Au mois de mars dernier, la province a été mise sur pause. Tout s’est arrêté. En fait, tout sauf le système de santé qui est passé en mode gestion de crise. L’ennemi microscopique a précipité une panique dans la population et chez tous les intervenants du système de santé. Du jamais vu!

En soins de première ligne, tous les intervenants se sont retrouvés dans un chaos. Beaucoup de questions, peu de réponses. Réorganisation obligatoire: tout le monde en mode protection. Protéger les autres. Les patients. Les plus vulnérables. Se protéger des autres également avec nos propres vulnérabilités. On a assisté à des situations inédites: arrêt de chirurgie non urgente, médecins spécialistes sans possibilité de travailler, arrêt des consultations externes, délestage d’activités, réaffectation massive du personnel, arrêt de la majorité des activités de recherche. Et tout ça alors que la communauté souffre un grand dérangement avec la fermeture des commerces, des écoles, des régions.

Dans nos organisations de soins, tout le monde a dû réfléchir à ce qu’il allait faire se redéfinir. Quel rôle jouer? Rien n’est dicté. On doit construire l’avion et voler en même temps. Comme chercheur et clinicien médecin de famille je me suis retrouvé devant un choix: quelle partie de l’avion pourrais-je aider à construire?

Les collègues de mon GMF ont été des pionniers dans l’application des mesures prescrites par les autorités. Des champions. Nous nous sommes serré les coudes. Tout a été réorganisé. Dans cette effervescence chaotique, comme chercheur plutôt en fin de carrière, je me suis senti tout à coup d’une grande inutilité. Protégé par les collègues pour raison d’âge et paralysé dans mes recherches, je ne pouvais accepter de ne pas contribuer à l’effort collectif.

L’appel de la santé publique est arrivé à point nommé. On faisait face à des éclosions; on venait de rapatrier des professionnels de tous les secteurs vers la santé publique. On avait besoin d’une équipe médicale pour aider à la réalisation des enquêtes épidémiologiques. Je me suis engagé.

D’abord apprendre: les recommandations intérimaires (ce mot s’est avéré très important) de l’Institut National de Santé Publique pour les cas communautaires, pour les travailleurs de la santé, pour les résidences pour personnes âgées, pour les CHSLD. Connaître aussi le contexte juridique: les mesures d’urgence, la sécurité publique, le pouvoir de la direction de la santé publique, la loi de la quarantaine. Puis jongler avec la gestion du risque et ses conséquences. Tout un changement pour un clinicien habitué à traiter des patients individuellement et pour un chercheur dédié aux patients avec des maladies chroniques multiples! Tout ça peut s’apprendre rapidement quand on accepte que ce qui est vrai aujourd’hui peut ne plus appliquer demain! Après tout, on construit l’avion!

Du jour au lendemain nous nous sommes retrouvés dans une équipe médicale relativement éclectique: médecins de famille, médecins d’urgences, chirurgien, médecins spécialistes, professionnels de toute discipline. Tous prêtés à la santé publique pour différentes raisons et œuvrant pour une même cause: la protection des patients et de la communauté.

Avec l’arrivée de l’été, nous avons connu l’accalmie. Reprise progressive des activités dans un mode redéfini, ce qui est devenu petit à petit une nouvelle normalité. En clinique: téléconsultation, limitation du temps de visite en personne, distanciation, équipements de protection. En recherche, reprise lente des activités. Retour vers les comités d’éthique avec demandes de modification: protocole, consentement, déroulement. Il faut s’adapter à une nouvelle réalité sur le terrain. La COVID-19 est là, on ne peut l’ignorer.

Et l’accalmie fut de courte durée. Avec l’arrivée de l’automne, le Québec a déployé son code de couleurs inspiré de la saison sans doute et les régions de vertes initialement ont passé au jaune, à l’orange et au rouge à des rythmes différents. Que nous réserve l’hiver?

Nos gouvernements ont généreusement investi pour aider la population à passer à travers l’épreuve. Nos organismes de financement de la recherche également. On a vu passé plusieurs opportunités de financement pour générer des connaissances. Il faut comprendre ce virus, son mode de transmission, ce qui le détruit, ce qui l’active, ce qu’il entraine comme réaction chez l’animal, chez l’humain. Il faut aussi comprendre la crise que nous vivons, son impact dans la population, chez les enfants, chez les personnes âgées, chez les plus vulnérables. Bref, on a tout à connaitre. Pour plusieurs chercheurs dont les recherche étaient sur pause, l’occasion était idéale pour contribuer à répondre à ses questions. Bravo et merci de mettre vos recherches de côtés et de travailler pour cette cause qui nous touche tous!

De mon côté, j’ai fait le choix de garder le fort. Je n’ai appliqué à aucun programme de financement. Ce n’est pas l’appel que j’ai senti. Je suis resté dans l’immédiat, dans la gestion de la crise. Ça venait chercher ma fibre de chercheur, de soignant, de premier répondant mais ma peur également; j’avais besoin de contribuer à faire la différence en agissant promptement, j’avais besoin de soigner mes propres craintes. Notre arme la plus sure en ce moment est le contrôle de la propagation ce qui implique l’identification rapide des cas et des contacts, leur stratification et les mises en isolement. Ça parait simple à première vue mais la mise en application est parfois très ardue. Ça prend une cueillette de données avec certaines limites il va sans dire, une analyse personnalisée en temps réel. Chaque situation doit être évaluée dans sa globalité. Et il faut certainement jouer au détective pour identifier la source, émettre des hypothèses et tenter de les valider. Bref il y a beaucoup d’éléments qui rejoignent les habiletés requises en recherche. Alors pour moi, il y avait une logique à m’y plaire. Et de retrouver dans l’équipe de santé publique, si éclectique fut-elle, les mêmes valeurs que j’attends chez mes collaborateurs en recherche m’a incité à m’y accrocher. Bienveillance, vigilance, rigueur, capacité d’adaptation, résilience, autant d’attributs que j’ai retrouvés chez mes collègues médecins, infirmières, kinésiologues, nutritionnistes, hygiénistes dentaires, ergothérapeutes tous travaillant avec un seul but, contribuer à freiner la propagation de l’ennemi invisible dans une perspective transdisciplinaire; un concept appris en recherche mais que j’expérimente véritablement en santé publique!

En date du 22 octobre une recherche sur Pubmed identifie 66496 articles portant sur la COVID-19. Ma contribution à cette recherche a été nulle. En date du 22 octobre, le Saguenay Lac-St-Jean cumule 891 cas de Covid-19 dont 290 cas actifs et 1229 personnes en isolement au moment d’écrire ces lignes soit environ 0,5% de la population. Tous nos efforts sont déployés pour garder ces chiffres au plus bas niveau possible. Peut-être je déçois mon université en ne participant pas à l’effort de recherche mais c’est pour ma communauté que j’ai décidé de me battre. Dans cette dualité de chercheur et de clinicien qui m’habite, le choix des combats fait appel à des émotions que la raison seule ne peut expliquer mais que j’ai plaisir à écouter.

Martin Fortin, MD MSC CMFC
Professeur et chercheur, Département de médecine de famille
Faculté de médecine et des sciences de la santé de Sherbrooke
GMF-U de Chicoutimi
CIUSSS du Saguenay Lac-St-Jean



Second wave of COVID-19 & Primary Healthcare: A scan of needs and innovations

[message en français ici] 

Hello everyone,

After pausing for the summer, the COVID-19 & Primary Healthcare Scan of Needs and Innovations, led by Réseau-1 Québec and partners, is starting up again: a new survey about your experiences during the second wave of the pandemic will run from November 19th to December 23rd.

We want to know what you are experiencing! What impacts are you seeing in primary healthcare in Quebec? How are you adapting to the new increase in cases? Will any innovations or solutions be sustained after the pandemic? Answer these new emerging questions by taking part in the scan!

So far, your participation in the scan has allowed us to identify many needs and innovations in primary healthcare that have emerged in the context of COVID-19, which we have shared with our members, partners and collaborators. View the latest results!

Results related to innovations in service organisation>>
Results related to mental health>>

Do not hesitate to contact us at  if you have any questions.
 
Thank you for your participation! Stay safe!
 
Réseau-1 Québec and partners
 
Réseau-1 Québec is leading this scan in collaboration with:



Pour clinicien-ne-s et patient-e-s: Veille d’essais cliniques sur la COVID-19

Vous êtes clinicien-ne-s avec des patient-e-s intéressé-e-s à participer à des essais cliniques en lien avec la COVID-19?

Vous êtes patient-e-s intéressé-e-s à y participer?

Vous trouverez ici >> de l’information sur les essais thérapeutiques et les études observationnelles sur la COVID-19 qui se déroulent au Québec en milieu communautaire actuellement. Il s’agit d’une initiative du RRAPPL U de Montréal – RRPSUM qui met la veille à jour de façon hebdomadaire. 

Le R1Q finance la mise à jour de cette veille pour quelques mois encore, et nous aimerions savoir si elle est utile pour vous. Merci de compléter ce bref sondage (2 min) afin de nous faire part de vos commentaires avant la fin du mois de novembre. 

Pour plus d’informations ou pour accéder à la veille >>

Merci d’avance pour votre participation, 
L’équipe du Réseau-1 Québec



Nouveautés COVID

Bonjour à toutes et à tous,

Nous espérons que ce message vous retrouve en bonne forme et en bon esprit.

Quelques nouveautés à vous partager :

Textes de réflexion sur la première ligne 
Voici les tous derniers textes de réflexion sur la première ligne en contexte de pandémie :  

Sondage rapide pancanadien des clinicien-ne-s en première ligne  
Cliniciens et cliniciennes : prenez part à cette 13e édition du sondage rapide sur la COVID-19.  

 Une initiative du Réseau pancanadien de la SRAP sur les innovations en soins de santé de première ligne et intégrés (dont le R1Q est la composante québécoise), les résultats sont communiqués régulièrement aux décideurs provinciaux et fédéraux.

Nouvelles ressources sur la COVID-19
Voici les nouvelles ressources sur la COVID pertinentes pour la première ligne que nous avons ajoutées à notre site Web dernièrement :

Pour tous :

Pour chercheur-es :

  • Outil de référence du Réseau québécois COVID – Pandémie (RQCP) répertoriant les différentes ressources disponibles visant à soutenir les efforts de recherche sur la COVID. Des sections destinées au grand public et aux professionnels de la santé ont également été déployées. 
  • Invitation de la Biobanque québécoise de la COVID-19 et le RQCP à déposer des demandes d’accès aux données et aux échantillonsDate limite: 16 novembre 2020.

Prenez soin de vous,
L’équipe du Réseau-1 Québec



Reflections by Howard Bergman : COVID-19: Lessons and directions for the future of our healthcare system

This essay is part of a series of reflections on primary care during the pandemic presented by Réseau-1 Québec. Essay originally published on October 5th, 2020. This essay was also published in French on the La presse plus website and is available here >>

“It was the best of times, it was the worst of times, … it was the spring of hope, it was the winter of despair.”  – Charles Dickens, Tale of 2 Cities

Although we are still very much in the centre of the storm of the pandemic, it is important to begin a reflection on what we can learn about the foundations of our healthcare system from a policy perspective. 

The COVID-19 pandemic has demonstrated a great deal that is positive about our healthcare system. Governments and political parties have generally put aside differences. Decisions are based on the best available public health counsel. Healthcare workers have responded with determination and self-sacrifice. Innovations are now rapidly being implemented. The population has generally followed the advice and the instructions from political and health authorities.

The most important factor is that Canada has a universal, single-payer healthcare system that is based on the notion that health is a social and societal value and not a market commodity. Each province is essentially one healthcare system capable of mobilizing human and physical resources. Canada has both excellent primary and specialty/hospital care with clearly delineated responsibilities.

Yet not all is perfect. The initial strategy to protect the hospital system has been successful. But it is the deplorable situation of older persons in nursing homes (NH) and residences that has been the most striking.

It is tragic but not surprising that the vast majority of deaths are found in very vulnerable older persons in NH and residences. However, it is heartbreaking to witness older people living and dying in unacceptable conditions, cut off from their families, cared for by poorly protected, overwhelmed and under-resourced staff.

This devastating pandemic has evolved very rapidly and there is little precedent on which to make key decisions. However, there are structural factors that help explain why we have generally succeeded in controlling the crisis in hospitals but much less so in other parts of the healthcare system.

Our healthcare system is less universal and comprehensive than it should be. While hospital and medical services are covered with no out-of-pocket payment, community and institutional long-term care (LTC) can be described as simultaneously both universal and selective with both public coverage and private payment with ambiguous public/private relationship.

The present crisis demonstrates the impact of policies adopted by successive governments over many years.

Budgetary planning is based on having just enough human and material resources, with no reserve or margin for maneuver. For example, hospital beds are always filled beyond 100% capacity. The impact of sub-optimal financing is felt most in LTC institutions, many with obsolete buildings, where reduction of services has led to pathetic debates about a second bath per week.

The rapidly increasing number of COVID-19 cases in Montreal’s poorest neighbourhoods brings to mind the recent 30% cut in Quebec’s public health budget.

Successive governments decided that efficiency required very strong centralization and top-down micro-management. In most provinces, essentially all healthcare boards have been abolished with massive mergers resulting in the disengagement and a loss of sense of belonging by communities and staff. This has led to the inability to adapt to local needs and to react to crises.

After the pandemic, the population will expect that we draw the valuable lessons learned.  Key issues include:

  • Healthcare expenses promoting high quality care and robust public health are investments contributing to both the well-being of the population and the growth and protection of the economy.
  • Homecare and LTC, as well as community services such as dentistry, rehabilitation, psychology and social services are as integral a part of public healthcare as medical and hospital services.
  • A strong healthcare system is anchored in local governance with population and community engagement.

The COVID-19 crisis has provided us with a unique opportunity to organise serious and transparent public discussion on the foundations of our healthcare system. There are no simple solutions. But we can work towards changing the paradigm.

Howard Bergman MD, FCFP, FRCPC, FCAHS is Professor of Family Medicine, McGill University. He was a member of the Clair Commission (2000) and author of the Quebec Alzheimer Plan (2009).



Un texte de réflexion de Howard Bergman : COVID-19: constats et pistes pour l’avenir de notre système de santé

Ce texte fait partie d’une série de réflexions sur la première ligne en contexte de pandémie du Réseau-1 Québec. Vous pouvez également retrouver ce texte sur le site de La presse plus. An English version is also available.

“It was the best of times, it was the worst of times, … it was the spring of hope, it was the winter of despair.”  – Charles Dickens, Tale of 2 Cities

Alors que nous sommes encore au cœur de la tempête, il me semble important de réfléchir dès maintenant aux leçons que nous pouvons tirer pour améliorer les bases de notre système de santé.

La pandémie de COVID-19 a souligné plusieurs aspects positifs de notre système de santé. Les gouvernements et les partis politiques ont généralement mis de côté leurs différends. Les décisions sont fondées sur les données disponibles les plus fiables en santé publique. Les travailleurs de la santé réagissent avec abnégation. Les innovations sont rapidement mises en œuvre. On observe un niveau élevé de solidarité sociale.

Cela peut s’expliquer par le fait que le Canada dispose d’un système de santé universel à payeur unique qui repose sur la notion suivante : la santé est une valeur sociale et non une denrée marchande. Chaque province comporte un système de santé intégré capable de mobiliser des ressources humaines et physiques. Il existe des structures solides de soins primaires et spécialisés.  

Pourtant, tout n’est pas parfait. La stratégie initiale visant à protéger la structure hospitalière a fonctionné. Mais ce sont les conditions déplorables des personnes âgées dans les CHSLD et les résidences qui nous ont heurtés de plein fouet.

 Il est tragique, sans être surprenant, que la grande majorité des décès dus aux coronavirus se produisent chez les personnes très vulnérables des CHSLD et des résidences. Il est surtout déchirant de les voir vivre et mourir dans des conditions inacceptables, coupées de leur famille, puis inhumées sans accompagnement; soignées par du personnel débordé, mal protégé et à court de ressources. 

Il ne fait aucun doute que cette crise est dévastatrice. Toutefois, il existe des facteurs structurels qui expliquent pourquoi nous avons réussi à maîtriser la crise dans le réseau hospitalier, mais beaucoup moins dans d’autres secteurs.

Notre système de santé n’est pas aussi universel et complet qu’il devrait l’être. Alors que les services hospitaliers et médicaux sont couverts sans besoin de payer de sa poche, les soins de longue durée communautaires et institutionnels sont à la fois universels et sélectifs : ils combinent la couverture publique et la contribution privée.

La crise actuelle démontre également l’impact des politiques liées au financement, à l’organisation et à la gouvernance du système de santé, politiques adoptées par tous les gouvernements depuis de nombreuses années. 

La planification budgétaire prévoit les ressources humaines et matérielles tout juste suffisantes à un système qui, par ailleurs, n’a ni réserve ni marge de manœuvre. Par exemple, les lits d’hôpitaux sont toujours occupés à plus de 100%. Le financement sous-optimal se fait surtout sentir dans les CHSLD où les conditions de vie donnent lieu à un débat pathétique sur la pertinence d’un deuxième bain par semaine. Dans de nombreux cas, les installations physiques sont obsolètes.

L’augmentation rapide des cas de COVID-19 dans les quartiers pauvres et densément peuplés de Montréal met en relief la récente réduction de 30 % du budget de la Santé publique au Québec.

Les gouvernements successifs ont décidé que l’efficacité exigeait une centralisation et une microgestion fortes. Les fusions massives des CISSS/CIUSSS ont entraîné le désengagement et la perte du sentiment d’appartenance des communautés et des travailleurs de la santé. Ces décisions ont conduit à l’incapacité des établissements à adapter leurs actions aux besoins locaux et ont réduit leur capacité à réagir aux crises.

À la fin de cette crise, la population s’attendra à ce que nous tirions des leçons précieuses de cette expérience. Voici quelques-unes des questions clés qui seront au centre du débat public:

  • Les dépenses en santé qui favorisent des soins de qualité et une santé publique robuste sont des investissements qui contribuent à la fois au bien-être de la population et à la croissance et la protection de l’économie.
  • Les soins à domicile et les soins de longue durée, ainsi que les services de proximité tels que la dentisterie, la réadaptation, la psychologie et les services sociaux font partie intégrante du système de santé public, tout comme les services médicaux et hospitaliers.
  • Un système de santé solide est ancré dans une gouvernance locale forte, avec un engagement et une responsabilisation de la population et de la communauté.

Il n’y a pas de solutions simples. Mais nous pouvons travailler à changer le paradigme du système de santé. La crise nous offre une occasion unique d’organiser une discussion publique sérieuse et transparente.

Howard Bergman, MD, FCFP, FRCPC, FCAHS est professeur de médecine de famille à l’Université McGill. Il a été membre de la Commission Clair (2000) et est l’auteur du Plan Alzheimer du Québec (2009).



Nouveautés COVID

Bonjour à toutes et à tous,

Nous sommes heureux de vous partager un tout nouveau texte de réflexion sur la première ligne en contexte de pandémie :  

D’autres textes vous seront partagés dans les mois à venir.

Invitation du Réseau Québécois COVID-Pandémie 
Nous vous encourageons à profiter de l’invitation du Réseau Québécois COVID-Pandémie (RQCP) à devenir membre et à participer à leur premier webinaire jeudi 1er octobre de 10 h à 11 h. 

Merci à tous ceux et celles qui se sont porté-e-s volontaires à joindre la banque d’expert(e)s du RQCP afin d’assurer que les besoins de la première ligne soient pris en compte. Si vous ne l’avez pas encore fait, merci de nous signaler que vous vous êtes joint à la banque ou que vous allez participer à un des groupes de travail intersectoriels éventuels du RQCP. Écrivez-nous à .

Ressources
En terminant, nous vous partageons les nouvelles ressources sur la COVID pertinentes pour la première ligne ajoutées à notre site Web dernièrement :

  • Pour tous : Enregistrement du webinaire Conséquences du manque d’accès aux informations pour la santé de la population en temps de pandémie, présenté par l’Association pour la santé publique du Québec, l’Unité de soutien SRAP du Québec, l’Observatoire international sur les impacts sociétaux de l’intelligence artificielle et du numérique et le cabinet d’avocats FASKEN le 15 septembre 2020.
  • Pour chercheur-es : Appel de textes numéro spécial COVID-19 pour le journal Science infirmière et pratiques en santé. Date limite : 31 décembre 2020.

Prenez bien soin de vous,
L’équipe du Réseau-1 Québec