Archives du mot-clé covid-19

Nouvelles et opportunités en lien avec la COVID-19

Bonjour,

Prêt, pas prêt, la chaleur estivale est arrivée!

Voici quelques nouvelles et opportunités pour vous rafraîchir et vous soutenir dans vos efforts collectifs en ce temps de pandémie :

Texte de réflexion sur la première ligne en contexte de pandémie
Mélanie Ann Smithman, Isabelle Dufour, Virginie Blanchette et les membres du Comité de jeunes leaders de la recherche axée sur le patient (RAP) nous partagent un texte de réflexion intitulé « Soutenir la relève et repenser la recherche de demain en contexte de « covid-ification » de la recherche », dans le cadre de la série de réflexions sur la première ligne en contexte de pandémie organisée par le R1Q.

Quelles sont vos stratégies pour soutenir la relève en recherche ? Faites-les nous savoir et suivez la conversation sur Twitter @reseau1quebec#ReleveEnRecherche

Série de capsules vidéo sur la COVID-19 
Voici la première capsule vidéo de la série COVID-19 produite par l’Unité de soutien SRAP du Québec, en collaboration avec le R1Q et le Centre d’excellence sur le partenariat avec les patients et le public :

Veille des besoins et innovations en première ligne
Vous avez de la difficulté à appliquer les directives provinciales? Vous voudriez partager un message aux décideur-euses ou aux patient-es? Vous avez d’autres innovations ou besoins à nous partager? Participez dès maintenant à la seconde vague de la Veille des besoins et innovations en première ligne !

Voici les résultats de la première vague.

Sondage des cliniciens en première ligne 

Cliniciens-nes en première ligne : Merci de prendre quatre minutes afin de répondre au sondage rapide sur ce qui se passe en cliniques de première ligne face à la COVID-19.

Une initiative du Réseau pancanadien de la SRAP sur les innovations en soins de santé de première ligne et intégrés (dont le R1Q est la composante québécoise), ce sondage hebdomadaire est mis à jour chaque semaine afin de prendre le pouls des cliniciens-nes œuvrant sur la ligne de front à travers le Canada.  Cette semaine, le sondage porte sur les changements qui sont peut-être survenus dans les finances de votre cabinet en raison de la COVID-19.

Les résultats suscitent de plus en plus l’intérêt d’associations de médecins dans différentes régions du Canada, et ont incité le Collège des médecins de famille du Canada et l’Association médicale canadienne à se demander comment ils pourraient collaborer avec des responsables des politiques en votre faveur !

Veuillez remplir le sondage de cette semaine et l’envoyer également à un autre clinicien. Continuons sur notre lancée !

Ressources sur la COVID-19
Plusieurs nouveaux outils et ressources sur la COVID-19 pertinents pour la première ligne ont été ajoutés à notre site Web. Entre autres :

  • Pour tous, incluant patients-es / proches aidants-es : capsules informatives pour aînés, leurs proches et des intervenants qui œuvrent auprès d’eux sur divers sujets liés à la pandémie du Centre collégial d’expertise en gérontologie du Cégep de Drummondville.
  • Pour chercheurs-es : offre de services COVID-19 (outils, expertise-conseil-partenariats, formations) de l’Unité de soutien SRAP du Québec.
  • Pour cliniciens-nes, décideurs-es et gestionnaires : outils gratuits du Réseau Global-Watch adressés aux gestionnaires sur le thème Préserver la santé et qualité de vie au travail en contexte de COVID-19.

Nous vous invitons à consulter la page Ressources COVID-19 du R1Q, ainsi que la page d’activités du R1Q en lien avec la COVID, et à nous faire part d’autres ressources ou activités qui pourront intéresser nos membres en nous écrivant à : .

Cordialement,
L’équipe du Réseau-1 Québec



Un texte de réflexion du Comité des jeunes leaders : Soutenir la relève et repenser la recherche de demain en contexte de « covid-ification» de la recherche

Ce texte fait partie d’une série de réflexions sur la première ligne en contexte de pandémie du Réseau-1 Québec. 

[Ce texte a été rédigé par le Comité des jeunes leaders de la recherche axée sur le patient (RAP) : une communauté de jeunes chercheur.es et étudiant.e.s-chercheur.e.s, au service de la communauté scientifique et de ses membres, qui a pour mission de promouvoir la relève en RAP, en soutenant le renforcement des capacités en RAP, le réseautage et mentorat, la production scientifique et le transfert de connaissances de la RAP, ainsi que la collaboration entre ses membres.]

La «covid-ification» de la recherche

La pandémie de la COVID-19 a braqué les projecteurs collectifs sur la recherche dans le domaine de la santé. Les médias nous rapportent quotidiennement les avancées scientifiques qui soutiennent la lutte collective contre la COVID-19 : données épidémiologiques, essais cliniques de traitements, développement de vaccin, etc. Plusieurs membres de la communauté scientifique au Québec, au Canada et à l’international se sont mobilisés pour répondre aux questions émergentes de cette crise de la COVID-19. À un point tel qu’on assiste à une « covid-ification » fulgurante de la recherche : des investissements importants en recherche sur la COVID-19 (ex. : pharmaceutique, science fondamentale, médecine spécialisée), la création de réseaux et plateformes de partage de recherche sur la COVID-19, la suspension de plusieurs activités de recherche non-COVID, l’annulation ou le report de concours de financement pour des études non-COVID et la réorientation de nombreuses équipes de recherche vers la COVID-19.

Cette « covid-ification » de la recherche reflète une intention de répondre aux questions pressantes pour soutenir la lutte contre la COVID-19, mais peut aussi poser certains risques. Évidemment, les recherches sur l’épidémiologie, les vaccins et les traitements pour la COVID-19 sont essentielles. Toutefois, il est aussi primordial de s’attarder aux questions d’organisation des services de santé, de qualité des soins, d’équité en santé et aux aspects sociaux de cette crise. En outre, il faut être prudent afin d’éviter une « sur-covidification » de la recherche : n’oublions pas que les enjeux non-COVID de nos systèmes de santé et patient.e.s sont toujours présents et peuvent même être amplifiés par cette crise sanitaire. D’ailleurs, les soins et services de santé délaissés ou reportés et retards engendrés dans la prise en charge des problèmes de santé des patient.e.s entraîneront de nouveaux défis.

L’importance de la recherche axée sur le patient

Dans ce contexte, la RAP prend une fois de plus tout son sens. Les bouleversements que nous vivons soulignent le besoin de produire des connaissances qui répondent aux préoccupations de la population. La RAP peut contribuer à la production des évidences sur les soins, services et politiques de santé, orientées vers l’amélioration de la santé et du bien-être des populations et des professionnels de la santé. La RAP, qui implique la mise en place d’un processus collaboratif solide, se retrouve toutefois ébranlée. En cette période de pandémie, il faut veiller à maintenir la participation significative et sécuritaire des patient.e.s, professionnel.le.s de la santé et décideur.e.s afin d’assurer la production de données probantes porteuses de sens et pertinentes. Dans notre société post-COVID, il importera plus que jamais de maintenir des liens forts avec les patient.e.s-partenaires, afin de pouvoir reprendre le cours des travaux mis sur pause, et de les adapter aux défis émergents des patient.e.s et du système de santé.

Qu’est-ce que la RAP ?

La recherche axée sur le patient (RAP) mobilise les patient.e.s et les partenaires multidisciplinaires, se concentre sur les priorités établies par les patient.e.s et améliore les résultats pour les patient.e.s. La RAP vise à appliquer les connaissances afin d’améliorer les systèmes et soins de santé.

Enjeux pour la relève en recherche

En tant que jeunes chercheur.e.s et étudiant.e.s-chercheur.e.s, cette «covid-ification» de la recherche nous touche de plein fouet et nous faisons face à des effets collatéraux inévitables (voir notre algorithme ci-dessous). La perte motivationnelle et les incertitudes vis-à-vis cette situation sollicitent notre capacité de résilience et d’adaptation. Quelques exemples de ce que nous vivons :  une diminution des perspectives d’emploi et précarité en recherche, une soutenance de thèse incertaine dans un format qui ne rend pas justice à l’ampleur des travaux et qui ne permet pas une célébration à la hauteur des efforts, du financement de recherche incertain considérant l’annulation de différents concours, des difficultés à réconcilier la recherche pro-COVID-19 avec notre programmation de recherche de façon cohérente, des délais excédentaires dans le cheminement considérant l’interruption de la collecte de données, une moins grande capacité à maintenir des liens avec les patient.e.s-partenaires et autres partenaires, l’annulation d’évènements permettant le réseautage si précieux pour les avancements de nos carrières, une charge de travail importante causée par l’offre de cours en ligne, des enjeux de conciliation travail-famille liés au télétravail et à la fermeture des écoles et des garderies, etc.

La relève ne dispose pas nécessairement des mêmes ressources et réseaux que des chercheur.e.s plus expérimenté.e.s pour faire face à ces défis. De ces faits, la situation contribue à la précarité de certains et peut rendre vulnérables les étudiant.e.s-chercheur.e.s et les jeunes chercheur.es.

Soutenir la relève en recherche

Ces bouleversements contribuent à la fragilisation de la relève. Sans soutien additionnel, il y a un risque d’effritement de notre génération de jeunes chercheur.e.s. Les superviseur.e.s de recherche, les chercheur.e.s plus expérimenté.e.s, les instances universitaires, les réseaux de recherche et les organismes subventionnaires ont tous un rôle à jouer dans le soutien d’une relève forte, particulièrement dans le contexte que nous connaissons. Ainsi, il est primordial d’offrir le soutien nécessaire, la souplesse et la compréhension aux étudiant.e.s-chercheur.e.s et jeunes chercheur.e.s. Il faut mettre à leur disposition des ressources pour l’accomplissement de leurs travaux et de leur cheminement en début de carrière : suivis plus fréquents, mentorat formel et informel, soutien dans la réorientation des projets et collectes de données, priorisation des objectifs à atteindre, assouplissement des délais pour les demandes de bourses et subventions, considérations de la conciliation travail-famille dans la production scientifique, extension des bourses et financements, etc. La création d’espaces virtuels favorisant la collaboration, l’entraide et le réseautage peuvent aussi renforcer le sentiment d’appartenance et réduire l’isolement. Il faut trouver des façons innovantes de permettre à la relève de participer à des formations, d’acquérir de l’expérience, de démontrer du leadership et de s’engager en recherche. Par exemple, la relève peut s’impliquer dans les demandes de subventions et projets sur la COVID-19 si les opportunités lui sont offertes par des chercheur.e.s plus expérimenté.e.s ou si leur participation est encouragée par des réseaux de recherche et des organismes subventionnaires. Il convient également de demander un appel à la flexibilité et au soutien des organismes subventionnaires et des universités, par le maintien et la création de stratégies pour soutenir la relève en recherche à court, moyen et long terme (ex.: concours, financement, implications, évènements virtuels, mentorat, soutien à la productivité, soutien à la planification de carrière).

Une opportunité de repenser la recherche de demain 

Comme jeunes chercheur.e.s en RAP, nous éprouvons souvent un malaise et une frustration face à des structures et des approches de recherche plus traditionnelles qui nous paraissent vieux jeu et partiellement déphasées des besoins et réalités des patient.e.s et du système de santé. Nous rêvons d’une recherche plus agile, novatrice, interdisciplinaire, en collaboration avec tous les détenteurs de savoir et d’expérience (patient.e.s, clinicien.ne.s, communautés, gestionnaires, décideur.e.s et chercheur.e.s), appliquée en temps réel pour résoudre des problèmes émergents, où notre performance comme chercheur.e est mesurée par l’impact de nos contributions et non uniquement le nombre de lignes dans nos CVs. Bref, une « recherche 3.0 »comme la décrirait le Réseau-1.

Entre nous, nous doutons parfois de notre choix de carrière : la recherche nous permettra-t-elle de contribuer significativement à l’amélioration du système de santé et du bien-être des populations ? Si les grands bouleversements de la recherche des derniers mois nous prouvent une chose, c’est bien que la recherche puisse changer, s’adapter aux besoins émergents et être agile. Cela nous redonne espoir en la recherche et en sa mission. Profitons de cette crise pour repenser la recherche, pour innover et pour apporter des changements durables qui permettront de maintenir cette agilité et cette pertinence renouvelée de la recherche. Nous, la relève en recherche axée sur le patient, nous sommes prêts à relever ce défi. Il ne faut pas l’oublier: nous ne sommes pas seuls, nous faisons partie d’une communauté de recherche forte et plus importante maintenant que jamais !

Mélanie Ann Smithman, candidate au doctorat, Université de Sherbrooke; co-responsable du renforcement des capacités au Réseau-1 Québec; boursière de l’Unité de soutien SRAP du Québec

Isabelle Dufour, infirmière, candidate au doctorat, Université de Sherbrooke; boursière de l’Unité de soutien SRAP du Québec

Virginie Blanchette, podiatre, PhD, jeune professeure à l’Université du Québec à Trois-Rivières, poursuivant sa formation en RAP

Jean-Christophe Bélisle-Pipon, PhD, Visiting Researcher, The Petrie-Flom Center for Health Law Policy, Biotechnology, and Bioethics, Harvard Law School; Fellow, Health Law Institute, Dalhousie University; Chercheur invité, École de santé publique, Université de Montréal; boursier de l’Unité de soutien SRAP du Québec

Samuel Turcotte, ergothérapeute, candidat au doctorat en sciences cliniques et biomédicale (option réadaptation), Université Laval; boursier de la SRAP des IRSC (transition to leadership stream) et de l’Unité de soutien SRAP du Québec

Mohamed Ali Ag Ahmed, MD-MPH,PhD, post-doc en cours à la Chaire de recherches sur les maladies chroniques en soins de premières ligne, Université de Sherbrooke

Ruth Ndjaboue, stagiaire postdoctorale, Université Laval, boursière du réseau national de recherche axée sur le patient Diabète Action Canada

au nom du Comité des jeunes leaders de la RAP



COVID-19 et cliniciens en première ligne: sondage rapide

Chers-ères cliniciens-nes,

Merci de prendre trois minutes afin de répondre au sondage rapide sur ce qui se passe en cliniques de première ligne face à la COVID-19.

Une initiative du Réseau pancanadien de la SRAP sur les innovations en soins de santé de première ligne et intégrés (dont le Réseau-1 Québec est la composante québécoise), le sondage hebdomadaire est mis à jour chaque semaine afin de prendre le pouls des cliniciens-nes œuvrant sur la ligne de front à travers le Canada.

Les résultats sont communiqués régulièrement aux décideurs provinciaux et fédéraux.

Merci de votre participation et n’hésitez pas à transmettre l’invitation à vos collègues!

Nous vous saluons pour votre travail exceptionnel en ce temps sans précédent,
L’équipe du Réseau-1 Québec



Nouveautés en lien avec la COVID-19 : opportunités et ressources

Bonjour,

Nous espérons que ce message vous retrouve en bonne santé avec l’arrivée, finalement, du beau temps!

Cette semaine, nous souhaitons vous partager les opportunités et ressources pertinentes suivantes :

Appel de propositions 
La Fondation de l’Association médicale canadienne et la Fondation pour l’avancement de la médecine familiale ont lancé le Programme de subventions pour contrer les impacts de la pandémie de COVID-19 (SCI-COVID) : Phase I. Ce programme cible des projets d’innovation immédiats et à court terme qui visent à maximiser l’efficacité des soins aux patients en préservant la sécurité des travailleurs de la santé, ce qui assure une intervention rapide de la première ligne pour protéger et soigner l’ensemble de la population canadienne.

La date limite pour déposer une demande de subvention est le 4 juin 2020.

Pour obtenir de plus amples renseignements, visitez le site Web : //fafm.cfpc.ca/fr/appel-de-propositions/

Textes de réflexion sur la première ligne en contexte de pandémie 
Réjean Hébert, ancien ministre de la Santé et des services sociaux (1992-94), nous partage un texte de réflexion intitulé « Soins à domicile : financer davantage mais surtout autrement » dans le cadre de la série de réflexions sur la première ligne en contexte de pandémie organisée par le R1Q.

Nous sommes content de souligner que le texte d’Yves Couturier et de Catherine Hudon publié il y a quelques semaines a été repris dans une forme un peu différente dans La Conversation : « Covid-19 : les soins de première ligne ont été négligés ».

Veille des besoins et innovations en première ligne
Vous avez de la difficulté à appliquer les directives provinciales? Vous voudriez partager un message aux décideurs ou aux patients? Vous avez d’autres innovations ou besoins à nous partager? Participez dès maintenant à la seconde vague la Veille des besoins et innovations en première ligne!

Ressources sur la COVID-19
Plusieurs nouveaux outils et ressources sur la COVID-19 pertinents pour la première ligne ont été ajoutés à notre site Web. Entres autres :

Nous vous invitons à consulter la page Ressources COVID-19 du R1Q, ainsi que la page d’activités du R1Q en lien avec la COVID, et à nous faire part d’autres ressources ou activités qui pourront intéresser nos membres en nous écrivant à :

Santé et solidarité,
L’équipe du Réseau-1 Québec



Un texte de réflexion de Réjean Hébert : Soins à domicile : financer davantage mais surtout autrement

Ce texte fait partie d’une série de réflexions sur la première ligne en contexte de pandémie du Réseau-1 Québec. 

[Une version remaniée de ce texte est parue dans Options politiques de l’Institut de recherche en politiques publiques : //policyoptions.irpp.org/fr/magazines/may-2020/les-soins-a-domicile-financer-davantage-mais-surtout-autrement/]

La crise de la covid-19 et ses impacts fatals chez les personnes âgées vulnérables obligent à revoir notre modèle de services en soutien aux incapacités fonctionnelles. Le système de soins canadien et la Loi canadienne sur la santé ont mis les hôpitaux au cœur de la réponse sanitaire. Si ce choix était justifié au siècle dernier pour répondre aux besoins d’une population plus jeune, il est beaucoup moins pertinent face à une population plus vieille aux prises avec des maladies chroniques et des incapacités. Dans ce texte, nous souhaitons expliquer pourquoi la solution institutionnelle et l’hébergement collectif se sont imposés au Canada. Nous verrons ensuite que les soins à domicile représentent la solution adéquate pour répondre aux besoins actuels et futurs des personnes âgées en perte d’autonomie. Nous proposerons enfin un mode de financement efficace et plus approprié des soins et services à domicile : l’assurance autonomie.

Les personnes âgées au Canada et au Québec vivent en milieux de vie collectifs offrant des soins et des services plus que dans les autres pays industrialisés. Le taux d’hébergement en soins de longue durée est respectivement de 5,7% et 5,9% des personnes de 65 ans et plus au Canada et au Québec, alors que la moyenne des pays de l’OCDE se situe à 4,7%[1]. Mais c’est dans les résidences pour aînés (RPA) que le Québec se démarque, alors que plus de 100 000 personnes âgées y vivent (7%). Plus de la moitié des places en RPA au Canada se situe au Québec. Chez les plus de 75 ans, près de 20% de la population québécoise a choisi ce mode de vie collectif qui concentre les aînés dans une certaine autarcie et une auto-exclusion des autres groupes sociaux[2]. Ces aînés de la génération dite « silencieuse » y cherchent sécurité et accès aux services en cas de besoin. Leurs enfants, de la génération des baby-boomers, y ont aussi vu une solution pratique au soutien et à la sécurité de leurs parents. Si ces résidences peinaient à remplir leur mandat avant la crise, force est de constater que ce n’est plus qu’illusion à la lumière des éclosions de la covid-19 et du confinement généralisé que la pandémie a engendré dans ces milieux.

L’engouement pour l’hébergement collectif résulte de l’incapacité de la société et du système de soins à assurer les services à domicile nécessaires en cas de perte d’autonomie. Faute de soins à domicile adéquats, la pression sur l’hébergement en CHSLD s’est accentuée et un marché lucratif de CHSLD privés non-conventionnés et de résidences pour aînés s’est développé de façon anarchique, sans contrôle de l’État. Or, les personnes âgées d’aujourd’hui et de demain préfèreraient continuer à vivre à domicile à condition d’avoir accès à des services suffisants et de qualité advenant une perte d’autonomie. Cela exige de changer notre façon de voir les services de soutien à l’autonomie : au lieu de déménager la personne vers des solutions d’hébergement qui correspondent à leurs besoins, il faudrait plutôt adapter et développer l’offre de services en laissant la personne vivre où elle a choisi de vieillir.

Les soins à domicile ne représentent que 14% du financement public des soins de longue durée au Québec et au Canada. Tous les autres pays de l’OCDE consacrent une plus grande part de leur financement public aux soins à domicile, allant même jusqu’à 73% au Danemark[3]. Ce peu d’investissement s’explique par une logique de financement; le système de santé canadien couvre essentiellement les soins médicaux et hospitaliers. En conséquence, l’hébergement en soins de longue durée, issu des hôpitaux de soins prolongés est couvert par le régime public d’assurance-santé, alors que les soins à domicile sont financés à la marge, à la discrétion de chacune des provinces. On comprend alors pourquoi la solution institutionnelle a été privilégiée.

Mais investir davantage dans les soins à domicile ne sera pas suffisant pour imprimer un changement significatif. Dans une étude longitudinale recensant l’ensemble des services utilisés par toutes les personnes âgées de Sherbrooke de 2011 à 2015, on observe une diminution progressive importante des services à domicile au cours de cette période : de 200 000 visites par année en 2011 à moins de 60 000 en 2015. Cette diminution est particulièrement importante chez les personnes recevant une intensité de services supérieure. Ce phénomène est d’autant plus troublant que le budget 2013-2014 comprenait un investissement supplémentaire de 110 millions de dollars pour les soins à domicile, soit une augmentation de 20% de la base budgétaire. De toute évidence, cette augmentation ne s’est pas traduite en une amélioration des services. Les établissements ont plutôt réalloué les sommes selon leurs priorités. À cette époque, les soins à domicile de la mission CLSC partageaient le même budget que les missions hospitalières et d’hébergement. Ce sont donc les missions hospitalières qui ont utilisés ces investissements supplémentaires. On peut facilement imaginer qu’avec la réforme de 2015, cette situation ne s’améliore pas et que les investissements promis récemment en soins à domicile risquent fort de ne pas se traduire en services supplémentaires pour les usagers des soins à domicile. Pour les directions des actuelles superstructures, la tentation est trop forte de réorganiser le partage des revenus pour soulager l’augmentation de coûts des soins hospitaliers réguliers.

Il faut donc sortir du mode de financement actuel axé sur les établissements. Un financement basé sur les besoins des individus doit être plutôt mis en place pour les soins de longue durée. C’est le principe des assurances publiques de soins à long terme implantées dans de nombreux pays au cours des vingt dernières années, notamment au Japon, en France et dans la plupart des pays de l’Europe continentale[4]. Dans ces systèmes d’assurance, les besoins de la personne sont évalués à l’aide d’un outil de mesure des incapacités. Une allocation est déterminée selon le niveau de besoins. Cette allocation sert à financer des services publics ou privés choisis par la personne ou ses proches à partir du plan d’intervention élaboré par un professionnel de la santé, souvent un gestionnaire de cas. Certains pays permettent même l’émission d’un chèque directement à la personne qui contracte elle-même les services qui lui sont destinés. La qualité des prestataires est assurée par un mécanisme d’agrément et la qualité des services rendus est évaluée par le gestionnaire de cas. Ces assurances sont habituellement financées sans capitalisation (« pay-as-you-go ») par des cotisations employeur-employé, une taxe sur la rente, l’impôt sur le revenu ou d’autres formes de recettes spécifiques (redevances sur l’électricité ou abolition d’un congé férié, par exemple).

C’est ce qui était proposé par l’assurance autonomie au Québec en 2013, alors que j’étais ministre au gouvernement. Le Québec a d’ailleurs plusieurs éléments déjà en place qui faciliteraient l’implantation rapide de cette réforme importante : un outil d’évaluation déjà utilisé largement pour toutes les personnes requérant des services à domicile ou en hébergement (l’Outil d’évaluation multiclientèle -OEMC- intégrant le Système de mesure de l’autonomie fonctionnelle -SMAF-), une classification en 14 profils-types d’incapacités (Profils Iso-SMAF) qui permet de traduire le besoin en ressources nécessaires et en allocations, des gestionnaires de cas déjà déployés dans le cadre de l’intégration des services suite au projet PRISMA, des outils informatiques soutenant l’élaboration du plan d’intervention et de l’allocation de services et un organisme de gestion efficace déjà féru de ce genre de financement, la Régie de l’assurance-maladie du Québec[5].

Après la publication d’un livre blanc[6], bien accueilli par l’ensemble des parties prenantes, un projet de loi a été déposé à l’assemblée nationale en décembre 2013. Il ne fut jamais adopté par suite du déclenchement précipité des élections et la perte du pouvoir du gouvernement Marois. Le projet n’a pas été repris par les gouvernement ultérieurs. Le projet est mort mais l’idée ne l’est pas et les composantes permettant sa réalisation sont toujours présentes. Sa pertinence est encore plus affirmée à la lumière de la crise de la covid-19.

Nos personnes âgées méritent de vieillir à domicile avec les services dont elles ont besoin. En adaptant l’approche de financement et d’organisation des services à la réalité du 21e siècle, les Canadiens et les Québécois choisiront de vieillir à la maison et résisteront au chant des sirènes des résidences et autres lieux d’exclusion sociale institutionnalisée.

 

Professeur Réjean Hébert, MD MPhil, Département de gestion, évaluation et politique de santé, École de santé publique de l’Université de Montréal

————————————————————————————————————————————–

[1] OCDE. Panorama de la santé 2019. //www.oecd-ilibrary.org/docserver/5f5b6833-fr.pdf?expires=1588001483&id=id&accname=guest&checksum=87D05BE3BFD6194EA20E38F74E69F8D0

[2] Hébert R. Les vieux se cachent pour mourir, 2016. //www.ledevoir.com/opinion/idees/464685/les-vieux-se-cachent-pour-mourir

[3] Huber, M., R. Rodrigues, F. Hoffmann, K. Gasior and B. Marin. 2009. Facts and Figures on Long-Term Care. Europe and North America. Vienna: European Centre for Social Welfare Policy and Research.

[4] Hébert R. L’assurance autonomie: une innovation essentielle pour répondre aux défis du vieillissement.  Revue canadienne sur le vieillissement (2012), 31(1) :1-11

[5] Hébert R, Gervais P, Labrecque S, Bellefleur R. 2016. L’assurance-autonomie au Québec : une réforme inachevée.  Health Reform Observer – Observatoire des Réformes de santé, 4(1) :Article 1. DOI : dx.doi.org/10.13162/hro-ors.v4i1i.2737

[6] Hébert R. 2013. L’autonomie pour tous: livre blanc sur la création d’une assurance autonomie. //www.assnat.qc.ca/fr/travaux-parlementaires/commissions/csss/mandats/Mandat-24161/index.html



Un texte de réflexion de Jean Rochon : La première ligne en santé après la pandémie

Ce texte fait partie d’une série de réflexions sur la première ligne en contexte de pandémie du Réseau-1 Québec. 

Les crises sont des révélateurs des forces et des faiblesses. Le philosophe et sociologue français Edgar Morin en a très bien résumé les conséquences : « Une crise génère trois scénarios différents, mais il ne faut encourager que le troisième : le désir de retrouver le monde d’avant, une fuite dans du -n’importe quoi- et l’émergence d’apprentissages nouveaux ».

Il est primordial de saisir cette opportunité, car une autre crise beaucoup plus insidieuse et dévastatrice est en évolution à cause du fardeau des maladies chroniques et des inégalités sociales de santé. Celles-ci constituent aussi une menace pour l’économie et la paix sociale.

La crise provoquée par la pandémie de la COVID-19 nous aura rappelé qu’à des situations complexes il faut des solutions validées par les faits et par la science. Elle nous aura aussi révélé l’importance d’un concept élargi de la première ligne pour pouvoir juguler la crise en gestation.

Évolution de la première ligne

Il y a 50 ans lors de la création du système de santé et de services sociaux, la première ligne devait être constituée des médecins de famille et des Centres locaux de services de santé (CLSC) qui  assuraient la porte d’entrée en offrant les services d’une équipe multidisciplinaire pour traiter les problèmes de santé des individus, pour référer les patients vers les services spécialisés requis et pour coordonner l’ensemble de la réponse aux besoins des individus. Le vieillissement rapide de la population et l’augmentation des maladies chroniques ont suscité le développement d’autres services comme les soins à domicile, le logement adapté et les soins de longue durée.

Pendant les décennies suivantes, le développement des connaissances relativement aux déterminants de la santé a démontré que les trois quarts des problèmes de santé d’une population sont déterminés par les conditions environnementales, la qualité des milieux de vie et les saines habitudes de vie. La recherche a démontré que l’on peut prévenir les maladies chroniques qui en résultent par une approche populationnelle privilégiant la prévention des maladies et la promotion de la santé dans le cadre d’interventions coordonnées et intégrées.  Nous savons maintenant que les interventions massives et soutenues dès les premières années de la vie et la réactivité des actions dès l’apparition des problèmes peuvent améliorer le parcours de vie des individus et la santé de la population.

On ne peut plus gérer la première ligne seulement comme la base d’un système dont les principales ressources sont investies dans des hôpitaux offrant des services spécialisés et surspécialisés.  Il faut la conceptualiser comme un système en soi desservant une population sur un territoire donné. Ce système est responsable de la mise en œuvre des politiques et des programmes gouvernementaux au niveau local et régional en assurant la coordination de services complets et continus. La gamme des services offerts en première ligne comprend les interventions de prévention et de promotion de la santé prévues dans le programme national de santé publique, les services de santé généraux, les services sociaux, les pharmacies communautaires, les soins et les services à domicile, le soutien aux aidants naturels, le logement adapté aux conditions de mobilité et d’autonomie et les soins de longue durée. Le système de première ligne doit orienter les patients vers les services spécialisés tout en assurant l‘accompagnement et la prise en charge à moyen et long terme.

La nouvelle première ligne

Dans cette perspective, le système de première ligne doit être conçu comme un consortium des partenaires publics, socioéconomiques et communautaires de même que de citoyens engagés dans la communauté. Ce système est établi sur la proximité géographique et la dynamique commune des acteurs plutôt que sur une délimitation administrative. Le territoire constitue un lieu d’interaction de réseaux et d’interdépendances entre les partenaires. Les limites peuvent fluctuer selon le déploiement des activités. La gouvernance du consortium doit permettre le passage d’une approche sectorielle et descendante vers une approche territoriale et interactive.  Elle est l’assise de la décentralisation des pouvoirs de décision et d’exécution vers les niveaux  locaux et régionaux.

La coordination du consortium implique la reconnaissance des responsabilités et des expertises spécifiques des partenaires et l’identification des problèmes communs. Elle doit viser à construire collectivement des objectifs et des actions et à rechercher des solutions par coordination coopérative autour des enjeux partagés. Elle doit ainsi permettre la mise en commun de voies et moyens et de nouvelles allocations de ressources. Ainsi, la coordination des services et des interventions assure un cheminement fluide et harmonieux. Dans le contexte du Québec, le Centre local de services communautaires (CLSC) apparait comme le mandataire qualifié pour assumer cette coordination.

Individuellement, les partenaires demeurent responsables et imputables pour les effets résultant de leurs activités spécifiques. Collectivement, ils doivent viser un impact collectif sur la santé et le bien-être de la population du territoire. À cette fin, ils doivent se donner des moyens:

  • Un plan d’action commun avec des actions concertées,
  • Un système d’évaluation commun impliquant le partage des informations,
  • Une complémentarité de leurs activités,
  • Une communication permanente établie sur une relation de confiance entre les partenaires et avec la communauté,
  • Une méthode et les moyens de suivi et de collecte des données.
  • Une équipe compétente et dédiée.

Le financement du consortium et des partenaires doit être pluriannuel sur des cycles de trois à cinq années afin d’assurer la durabilité des actions. Le soutien financier et technique doit favoriser le développement des compétences des personnels et encourager l’innovation pour assurer des adaptations et des améliorations continues selon l’évolution des besoins, des opportunités et des résultats obtenus.

Perspective 

Le déploiement d’un système de première ligne tel qu’esquissé ci-haut représente un vaste chantier, quoique plusieurs expériences au Québec et ailleurs ont établi des fondements sur lesquels on peut construire. Un premier risque est de se concentrer sur quelques éléments isolés du concept de consortium comme les GMF ou les maisons des ainés. Comme une chaine, le système aura la force de son plus faible chaînon.

Un autre risque réside dans la compétition à laquelle on peut s’attendre pour les ressources qui seront disponibles après la crise, incluant le risque d’une politique d’austérité à cause des pressions à court terme. Alors qu’investir dans la promotion de la santé, la prévention des maladies et les services de première ligne produira un impact économique important à moyen et long terme. Mais nous avons les moyens et la capacité d’emprunter une voie de développement durable pour répondre aux besoins de la population présentement et pour protéger l’avenir des générations futures.

Il faudra faire preuve de clairvoyance et de volonté politique.

Jean Rochon, Professeur émérite, Université Laval, ancien Ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec (1994-1998)

 



Veille des besoins et innovations en première ligne : participation à la deuxième vague et premiers résultats

Bonjour à toutes et à tous,

Vous avez été nombreux et nombreuses à participer à la première vague de la veille des besoins et innovations menée par le Réseau-1 Québec et ses partenaires!

Vous avez de la difficulté à appliquer les directives provinciales? Vous voudriez partager un message aux décideur-euses ou aux patient-es? Vous avez d’autres innovations ou besoins à nous partager? Participez dès maintenant à la seconde vague!


La première vague qui s’est déroulée du 14 au 28 avril nous a permis d’identifier des besoins et des innovations en première ligne, émergeant du contexte de la COVID-19. Vous pouvez consulter dès maintenant les premiers résultats en lien avec l’organisation des services!

To view the results in English >> 

N’hésitez pas à communiquer avec nous au  si vous avez des questions.

Merci de votre participation et, surtout, prenez soin de vous !

L’équipe du Réseau-1 Québec et ses partenaires

Cette veille des besoins et innovations en première ligne est une initiative de Réseau-1 Québec en étroite collaboration avec:



Projets lauréats et autres nouveautés en lien avec la COVID-19

Bonjour,

Nous espérons que ce message vous retrouve en bonne santé, de corps et d’esprit.

Aujourd’hui, nous sommes heureux de vous partager quelques nouvelles en lien avec les activités sur la COVID-19 du R1Q :

Lauréats de l’appel à projets sur la COVID-19
Deux équipes ont été financés dans le cadre de l’appel à projets sur la COVID-19 du R1Q:

  • Nancy CôtéApprendre de la COVID-19 : projet exploratoire en GMF-U visant l’implantation de pratiques novatrices en première ligne
  • Richard FleetMettre en œuvre des solutions innovantes pour améliorer les soins de santé et de services sociaux en milieu rural en contexte de pandémie – COVID-19 : L’expérience design thinking du Living Lab Charlevoix

Félicitions aux équipes lauréates!

Pour en apprendre plus sur leurs projets, visitez : //reseau1quebec.ca/projets/projets-sur-la-covid-19/

Texte de réflexion sur la première ligne en contexte de pandémie 
Un nouveau texte dans la série de réflexions sur la première ligne en contexte de pandémie organisée par le R1Q a été publié :

Outils et ressources sur la COVID-19
Nous vous rappelons que plusieurs outils et ressources sur la COVID-19 pertinents pour la première ligne se retrouvent sur notre site Web. Entres autres, des ressources pour :

Nous vous invitons à les consulter et à nous faire part d’autres ressources qui pourront intéresser nos membres en nous écrivant à : 

Santé et solidarité,
L’équipe du Réseau-1 Québec



Un texte de réflexion d’Antoine Boivin : COVID-19 — un moment charnière en soins communautaires

Ce texte fait partie d’une série de réflexions sur la première ligne en contexte de pandémie du Réseau-1 Québec. 

(Traduction de l’article original publié en anglais dans le British Medical Journal)

En tant que soignants dans la communauté, nous sommes les témoins directs de la crise COVID. La vague pandémique vient de frapper le Canada et nous avons bénéficié de l’expérience d’autres pays pour mettre en œuvre des mesures précoces de confinement, de préparation et de gestion des soins. Comme ailleurs, nous sommes incertains quant aux conséquences sur nos patients, nos communautés, nos collègues, nos familles et nous-mêmes. Alors que nous naviguons dans le paysage changeant des soins communautaires au centre-ville de Montréal, nous observons la transformation la plus rapide et la plus profonde des soins de santé de notre carrière. Cette crise transforme nos équipes, nos relations et nous-mêmes.

Les équipes changent
Notre ethos de travail est passé de « moi et mes patients » à « nous sommes tous dans le même bateau ». En une semaine, la pratique en soins de première ligne est passée de consultations en face à face à près de 95 % de consultations téléphoniques. L’accessibilité — un problème insoluble des ​réformes des soins primaires au Canada au cours des 20 dernières années — a nettement augmenté en quelques jours. Le « système de santé publique bureaucratiquement immobile » que nous pensions habiter s’est mis en mouvement et des améliorations massives ont été réalisées sans ajouter un seul professionnel. Les hiérarchies sont ébranlées et nous mobilisons l’intelligence et la créativité de toute notre équipe pour transformer notre façon de travailler ensemble. Cliniciens, réceptionnistes, personnel d’entretien, fournisseurs d’équipement et gestionnaires jouent soudainement pour la même équipe.

Nous avons rapidement adopté de « nouvelles » technologies (téléphone, courriel et internet) pour les ordonnances, l’échange de documents et les rencontres d’équipe. Nous remettons en question la valeur de chaque test diagnostic, de chaque référence et de chaque traitement, en nous demandant si nos interventions font plus de mal que de bien (par exemple, en équilibrant le risque d’investigation hospitalière pour des douleurs thoraciques chez les personnes à haut risque de complications liées à la COVID, compte tenu des données épidémiologiques locales du moment). Nous augmentons nos capacités en reportant un certain nombre de tests de dépistage et de suivi des maladies chroniques, en tentant de maintenir soigneusement l’équilibre afin de ​minimiser les effets indirects de la pandémie sur d’autres problèmes de santé majeurs​. Et nous partageons l’incertitude collectivement plutôt qu’individuellement. Comme l’a dit l’un de nos collègues : « Nous ne savons pas toujours où nous allons, mais nous y allons ensemble ».

Les relations et collaborations changent
Nous nous rendons compte que les patients, les citoyens et les membres de la communauté sont des soignants à qui nous pouvons faire confiance. Les parents sont devenus nos yeux et nos oreilles lorsque nous évaluons la maladie d’un enfant par téléphone. La majorité de nos patients atteints de la COVID (et d’autres conditions) prennent soin d’eux-mêmes, par eux-mêmes, à la maison, avec l’aide de leurs voisins, de leur famille et de leurs amis. Nous sommes impressionnés par la résilience de bon nombre de nos patients. Ils acceptent le changement, offrent des suggestions constructives, mobilisent leurs connaissances et leurs ressources intérieures pour s’adapter à la crise, manifestent leur appréciation de rester en contact avec une équipe soins de proximité qu’ils connaissent. ​Des patients partenaires expérimentés travaillant en étroite collaboration avec notre équipe de soins pour soutenir d’autres patients et les aider à trouver des solutions pratiques à leur nouvelle vie.

Nos “collaborateurs sur papier” sont devenus de véritables partenaires: professionnels de la santé et organisations communautaires cherchent des solutions communes à des problèmes pratiques communs. Nous voyons les rôles professionnels et les silos étroits céder le pas face à de nouvelles méthodes de travail. Des bénévoles de tous âges (enfants, adolescents, adultes et personnes âgées) ​réduisent les effets de l’isolement social sur la santé en maintenant le contact avec les personnes confinées chez elles. Les organisations communautaires, les pairs aidants, les services sociaux et les bénévoles sont finalement reconnus comme acteurs clés pour répondre aux besoins énormes de soutien psychosocial, matériel, alimentaire et économique. Des initiatives locales entre le système de santé et les municipalités sont créées pour répondre aux besoins des personnes les plus vulnérables (par exemple, la transformation de vieux bâtiments en chambres individuelles pour l’isolement à domicile des personnes sans abri). Les guerres de territoire professionnel ont été mises de côté à mesure que nous réalisons notre interdépendance avec nos collègues des soins intensifs, des hôpitaux, des salles d’urgence, des autres cliniques de première ligne, des soins à domicile, des soins de longue durée, des soins palliatifs, de la santé publique, des organisations communautaires et des réseaux informels d’entraide.

Se changer soi-même
La société n’est plus divisée entre les travailleurs de la santé et les autres​. Nous réalisons soudainement notre vulnérabilité commune. Nous prenons conscience de notre fragilité face à la maladie et à la mort. Nous sommes profondément ébranlés dans nos limites professionnelles, confrontés à une maladie pour laquelle il n’existe encore aucun traitement spécifique. Cela nous rappelle notre propre interdépendance et notre besoin personnel de soutien.

Nous nous sommes réintégrés dans la communauté que nous servons, en agissant réciproquement comme soignants et bénéficiaires de soins. Nous sommes reconnaissants envers les adolescents qui livrent de la nourriture à nos parents, aux voisins qui nous donnent une lasagne et un sourire après une longue journée de travail, aux éducateurs en garderie qui nous aident avec nos enfants.

Et nous sommes plus intensément conscients de nos privilèges. Nous sommes tous dans le même bateau, mais nous n’avons pas tous accès aux canots de sauvetage. « Les inégalités de santé » et les « déterminants sociaux de la santé » sont passés de concepts abstraits à de véritables patients, amis et membres de la communauté qui sont tombés malades, ont perdu leur emploi, sont incapables de payer leur loyer ou leur épicerie, vivent seuls ou ne peuvent mettre en œuvre « l’isolement à la maison » parce qu’ils n’ont plus de maison, vivent dans des abris surpeuplés ou dans la rue.

Ces expériences vécues mobilisent le professionnel de la santé en nous, qui prend soin d’un patient à la fois, mais aussi les êtres humains en nous, qui prennent soin les uns des autres, au sein de communautés d’entraide. Des communautés qui ont toujours été là, parfois invisibles, mais que ​nous voyons et apprécions plus clairement maintenant​.

Témoins et acteurs d’une histoire qui s’écrit
Ceci n’est pas un film que nous regardons à la télévision mais une histoire que nous écrivons ensemble, maintenant. Nous sommes à un carrefour qui peut nous déchirer ou nous rendre plus forts comme équipes, comme systèmes de santé et comme société. Ce que nous vivons en ce moment est écrit, imprimé, dans notre expérience et notre mémoire. Qui sait quel virage nous prendrons au prochain carrefour, et quel changement se maintiendra dans le temps. Mais ces choix façonneront notre avenir individuel et collectif.

Antoine Boivin​, médecin de famille et titulaire de la ​Chaire de recherche du Canada sur le partenariat avec les patients et le public​. Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal, Montréal (Canada).
Manuel Penafiel​, organisateur communautaire. ​Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal​, Montréal (Canada).
Ghislaine Rouly​, Patiente partenaire et coresponsable du projet de recherche-action Communauté soignante​, Montréal (Canada).
Valérie Lahaie​, coordonnatrice en santé publique et en partenariat. ​Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Ouest de l’île de Montréal​, Canada
Marie-Pierre Codsi​, médecin, services de soins à domicile. Groupe de médecine familiale Notre-Dame, Montréal (Canada).
Mathieu Isabel​, directeur médical du service des sans-abri. Centre local de services communautaires des Faubourgs. ​Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal​, Canada.
Brian White-Guay​, coordonnateur médical de l’équipe d’intervention COVID du groupe de médecine familiale de Notre-Dame. ​Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal​, Montréal (Canada).

Intérêts concurrents : Aucun déclaré
Traduction française du ​ texte original​ : Geneviève Castonguay et Antoine Boivin (avril 2020)



Équipes lauréates de l’appel spécial à projets sur la COVID-19

Le Réseau-1 est heureux de vous annoncer les lauréats de l’appel spécial à projets sur la COVID-19:

  • Nancy Côté, Apprendre de la COVID-19 : projet exploratoire en GMF-U visant l’implantation de pratiques novatrices en première ligne
  • Richard Fleet, Mettre en œuvre des solutions innovantes pour améliorer les soins de santé et de services sociaux en milieu rural en contexte de pandémie – COVID-19 : L’expérience design thinking du Living Lab Charlevoix

Félicitations aux deux équipes lauréates!